WITH LOVE ♡ Vadim (Tome 1)

◇ Titre: WITH LOVE #1 – Vadim

◇ Auteur: Marie H J

◇ Editeur: autoédition

◇ Romance M/M

◇ Date de sortie: 8 novembre 2018


Identité : Adam Paxali
Surnom officiel : Pax
Surnom secondaire, mais non moins officiel : Dieu du pieu (ça rime)
Profession : Journaliste d’investigation pour le canard En Immersion.
Spécialité : M’immerger (ça tombe assez bien, remarquez)
Mission pour les six mois à venir : Enquêter sur les retombées du mariage gay… Pénétrer un club homosexuel. M’enfoncer profondément dans le milieu. Caresser le mode de vie des protagonistes. Défoncer leurs barrières et pondre un article orgasmique.
Problème majeur à l’horizon : Un russe nommé Vadim. Lui n’était pas prévu au programme. Je ne comprends pas cette attirance, mais une chose est certaine… ça va tout compliquer…
Armes massives du dit problème : Ses yeux, son accent, son sourire… mais aussi sa tendresse, sa douceur… Il me semblait moins « dangereux » que ses potes… Il s’avère qu’il l’est beaucoup plus…
Moyen de défense activé : Aucun, je n’ai rien vu venir.
Suite présumée des événements : Je ne préfère pas le savoir…

[ Avertissements: Romance mettant en scène une relation homosexuelle (M/M), s’y trouvent plusieurs scènes explicites. Lecture conseillée pour les lecteurs âgés de 18 ans et +]

* Je remercie Marie HJ pour sa confiance et sa patience. Merci pour ce service de presse.

Pax, Pax, Pax… ce nom me fait un effet de dingue! J’ai grave kiffé Adam Paxali, alias Pax, journaliste d’investigation de renom, homme à femme, serial-baiseur, « dieu du pieu » et aussi roi de la rime. Je suis raide dingue de Pax !! J’ai adoré le personnage dépeint par Marie HJ. Il est à la fois déjanté et tendre, expansif et sympa, extroverti et surprenant, on ne peut que l’aimer.

Oui c’est une romance M/M et Adam est hétéro c’est là toute la beauté de cette romance car c’est une histoire hors normes, surprenante et touchante que nous propose Marie HJ. J’étais consciente de commencer une lecture avec une romance M/M mais je ne m’attendais ni à cette tournure, ni à ses personnages. L’auteure m’a surprise et véritablement conquise, voire carrément bluffée et éblouie. Sa romance est un vrai spectacle dont on se délecte avec bonheur.

Adam travaille donc en tant que journaliste d’investigation pour un célèbre journal. Il se retrouve dans l’obligation de faire un reportage sur les retombées du mariage pour tous ce qui ne l’enchante pas vraiment. Sa mission: s’immerger dans l’univers gay. Pour se faire, il se fait passer pour un homosexuel au sein de club gay le plus en vogue de la capitale, le Bel Ami. Il y fait la connaissance de Vadim qu’il choisi pour sujet d’étude. Vadim est Russe, il a quitté son Pays natal pour pouvoir vivre son homosexualité au grand jour. C’est un homme charmant et sensible, au regard hypnotisant, au sourire ravageur et à l’accent sexy. Comment ne pas tomber sous son charme ? Impossible ! Dès que Vadim est entré en jeu, il m’a littéralement séduite. Peut-on tomber éperdument amoureuse des 2 héros de la même romance ? Réponse: moi oui et je vous mets au défi de ne pas vous laissez charmer à votre tour par ce duo époustouflant. L’un comme l’autre, Adam et Vadim sont des personnages plus qu’attachants, très sympathiques et charismatiques. En plus d’être séduisants, ils sont vraiment touchants. On apprend à les connaitre et on tombe irrémédiablement sous leur charismatique charme.

Adam (dit « AN » et pas « AM ») est…

Éblouissant, convainquant, séduisant, intriguant, extravagant, affriolant, désespérant, épatant, délirant, prévenant, plaisant, surprenant, attachant, touchant… et ça va lui plaire ça, j’ai tout fait avec des rimes 😂 (C’est contagieux la Paxrime mania). Ca va être plus compliqué pour Vadim hein. Vadim est « éblouissime », génialissime et tout pareil que Pax (Adam). Le duo qu’ils forment est très plaisant à découvrir. Ils nous vendent du rêve ! Au niveau des personnages, l’auteur a crée des book-ovni-boy-friends qu’on ne peut qu’adorer.

Ce n’est pas seulement Adam et Vadim qui sont extra, c’est aussi l’intégralité de ce premier tome, en passant par la trame bien ficelée jusqu’au personnages secondaires adorables et attachants. L’auteure envoie du lourd et on se régale !! J’ai été à la fois conquise, émue et surprise par la proposition de l’auteur. Elle m’a beaucoup fait rire, elle m’a donné de belles bouffées de chaleur et elle a réussi à me bouleverser. Elle nous offre un délicieux moment de lecture, additionné à une étonnante palette d’émotions. J’ai adoré du début à la fin. L’intrigue est vraiment bien construite, à la fois fluide et dense ce qui permet une lecture des plus agréables. Un véritable moment de bonheur et de délectation. Au delà des dialogues piquants, des personnages singuliers, des scènes érotiques torrides, des blagues douteuses, des rimes à deux balles de Pax… se cache une histoire émouvante et intense que l’auteure apporte tout en finesse. Avec parcimonie et fluidité, elle nous narre une romance à deux voix qui m’a laissée sans voix. Ca se dévore comme une boîte de chocolats, chaque chapitre contient son lot de surprises, d’actions, de rebondissements et d’émotions. On ne s’ennuie pas une seule seconde, le temps passe même trop vite aux cotés de Pax, Vadim et les autres. D’ailleurs, ils nous manquent instantanément une fois la fin arrivée qu’on se voit contraint d’enchainer avec le second tome. J’ai vraiment aimé la tonalité singulière et originale que Marie H J a su apporter à son récit, il n’en n’est que plus délectable. L’histoire qu’elle nous propose est tout simplement addictive ! Pour moi, une révélation, un véritable coup de cœur.

Pour les fans du genre, je n’ai qu’un mot à vous dire: foncez !! Sérieusement c’est une put**** de bombe, vous ne le regretterez pas. Pour les novices en M/M qui cherchent à découvrir le genre, je vous invite à commencer avec ça, c’est une très belle entrée en matière qui vous ravira à coup sûr.

RIDER IN THE DARK de Sara June

◇ Titre: Rider in the dark

◇ Auteur: Sara June

◇ Editeur: Addictives Editions

◇ Date de sortie et disponibilité:

– Ebook: 5 août 2018

– Broche: 14 mars 2019

Il est biker, dangereux, craint par tout le pays. Elle fuit tous les hommes…

Fuyant une vie qu’elle ne peut tolérer et un homme des plus dangereux, Lily se retrouve à servir des hamburgers à Hedonas, une ville où elle ne connaît personne. Échaudée par son passé, la jeune femme se méfie de tout le monde et sa rencontre avec Hush, Path et Kill, trois membres des Dark Soldiers, un gang de motards à la fois respecté et craint dans tout le pays, n’est pas pour la rassurer.
Malgré tout, Lily tombe rapidement sous le charme du plus mystérieux et dangereux d’entre eux.
Le passé de Lily la laissera-t-il enfin tranquille ? Hush saura-t-il percer le mystère qui entoure la belle Lily ?
Mais surtout Lily pourra-t-elle faire confiance à Hush avant qu’il ne soit trop tard ?

* Je remercie Carole et les Editions Addictives pour ce service de presse.

J’aime les romances dans l’univers des bikers, je suis une nana de romances à bikers et dès que j’en vois une je ne peux m’empêcher de me la procurer. C’est pourquoi je me suis lancée dans la lecture de RIDER IN THE DARK de Sara June. Et à force de lire des romances dans l’univers brut des motards, je suis devenue tres exigeante pas forcément sur la romance en elle même mais sur les personnages et leurs caractères et surtout sur la trame de fond. J’attends d’être malmenée, de sortir de ma zone de confort, d’être prise au dépourvu, je veux du grand frisson. J’ai souvent été déçue comme j’ai parfois été très surprise et donc pleinement satisfaite. Là je suis plutôt dans la phase surprise et assez satisfaite de ma lecture. L’auteur nous propose une intrigue complète, alléchante, dense et cohérente qu’elle mène à la perfection. La trame est fluide et rythmée, il est fort agréable et aisé de s’y plonger. On se régale vraiment et les pages se tournent toutes seules. Les personnages sont fort attachants, l’intrigue est à la fois surprenante et touchante, les rebondissements sont bien répartis au fil de la trame, l’histoire d’amour est émouvante avec des passages sulfureux comme on les aime, l’écriture est moderne et addictive. Bref, la formule fonctionne à la perfection et on en redemande.

J’ai beaucoup apprécié l’écriture de l’auteur qui m’a facilement transportée dans son intrigue. On découvre le personnage de Lily, une jeune femme qui fuit son quotidien et surtout un homme qui lui veut du mal. C’est pourquoi, elle se retrouve seule à loger dans un appart miteux et à servir des hamburger dans une petite bourgade. Lily est discrète sur son passé mais on ressent son angoisse et on s’attache immédiatement à cette jeune femme qui malgré sa situation ne manque pas de tempérament ni de répartie. Elle fait très vite la rencontre de 3 hommes membres du club de bikers local. Ils font la pluie et le beau temps sur le secteur et gèrent de nombreuses affaires plus ou moins légales. Parmi les bikers du coin, c’est Hush qui lui fait le plus d’effet. A son contact elle se sent vivante. Le biker brut et ténébreux la fait vibrer. Ce dernier n’est pas non plus insensible au charme de la jolie jeune femme farouche qui ne se laisse pas approcher si facilement. Il a envie de la culbuter mais encore plus de la protéger, c’est nouveau pour lui. Lily est Hush vont s’apprivoiser comme deux âmes apeurées, ils vont construire un nous étrangement touchant mais le passé de Lily va bien trop vite les rattraper.

Comme je le disais j’ai vraiment beaucoup aimé cette immersion dans l’univers « bikeresque » dépeint par Sara June et je vous invite à y plonger sans plus tarder. Elle nous offre une lecture divertissante et touchante, à la fois rythmée et riche en émotions. C’est une romance à la fois touchante et surprenante à laquelle elle apporte une belle profondeur et beaucoup d’intensité tout en nuances. Foncez !!

✒ Dear Sky ✒

◇ Titre: Dear Sky

◇ Auteur: Brindtmay

◇ Date de sortie: 2 mars 2019

Dear Sky, tout recommence ; leurs rires, leurs sourires, leurs insultes, et leurs chuchotements… Pourquoi ne prennent-ils pas conscience de ce qu’ils me font endurer ?Ça me fait tant de mal… Quand comprendront-ils que les mots peuvent tuer ? Aide-moi Sky, je suis perdue.Un journal intime poignant qui révèle la réalité du harcèlement.

* Merci à l’auteure pour sa confiance et l’envoi de ce service de presse.

Cette nouvelle se présente de façon originale, sous forme de journal intime. Léa, 15 ans est victime d’harcèlement à l’école et se confie sur son mal-être, les maltraitances subies, les moqueries faites par ses camarades… Elle écrit tout ca dans son journal intime: DEAR SKY. A travers son poignant témoignage, nous vivons son enfer et on ne peut y rester insensible. Moi, qui ai également été victime d’harcèlement scolaire au collège, je me suis tout de suite retrouvée en Léa et très vite je n’ai pu retenir mes larmes et le flot d’émotions bouleversantes et déroutantes qui vont avec. C’était une lecture intense pour moi. Aujourd’hui encore, je me demande comme Léa, pourquoi moi, pourquoi personne n’a vu, pourquoi personne ne m’a aidé… Les mots et maux de Léa ont fait écho aux miens. A travers ses mots adressés à son journal, à elle même, Léa nous invite à prendre conscience de sa réalité qui est aussi la réalité de beaucoup. Elle nous livre ses pensées, ses angoisses, sa colère, sa tristesse, son désarroi, son cœur. Je me dis qu’en couchant ses mots sur papier elle se libère d’un poids trop lourd et douloureux pour les frêles épaules d’une ado de 15 ans, elle se confie pour avoir l’impression de ne plus être seule mais qui est réellement là pour lui venir en aide? Personne, pas même sa mère. Ce journal c’est son exutoire. C’est intime, épuré, troublant de vérité, difficile à lire, douloureux à encaisser mais c’est le quotidien de Léa. Son témoignage est à lire, à partager car il est impossible de fermer les yeux sur ces horreurs qui ne sont pas seulement vécues par Léa mais aussi par des enfants partout dans le monde. Je tire mon chapeau à l’auteur d’avoir osé mettre des mots sur les souffrances endurées de par le harcèlement. A travers ce court récit, elle transporte un message d’espoir, une véritable morale et une belle leçon de vie. Cette nouvelle m’a émue et m’a retourné le cœur. Je suis passée par beaucoup trop d’émotions pour pouvoir réellement les nommer et les différencier. A chaque page tournée je laissais un morceau de mon cœur s’effriter. J’ai airé entre colère, rage, tristesse et haine. Et j’ai pleuré un torrent de larmes, des larmes de colère, des larmes d’impuissance, des larmes de tristesse. Pour Léa et pour tout les autres et peut-être aussi pour mon moi adolescente.

Cette nouvelle ne pourra que vous émouvoir, vous bouleverser. Elle agit comme un poignard en plein cœur. L’auteur traite d’un sujet d’actualité encore tabou. Oui quand on parle de harcèlement scolaire ou autre on se fait des films, ce n’est jamais grave, c’est toujours de la faute de la personne harcelée car elle est trop ca ou pas assez comme ca… STOP !!! Arrêtons avec ces idées préconçues à la con. Le Harcèlement tel qu’il soit existe et il est destructeur. Les seuls fautifs sont les harceleurs. Alors ne fermez pas les yeux, jamais ! Je remercie l’auteur pour avoir eu le courage de nous confier ce pan de vie. J’espère que son message sera porté très loin et touchera beaucoup, beaucoup de personnes.

RIDERS ☆ Tome 7 « Chevauchée Lascive »

◇ Titre: RIDERS Tome 7 « Chevauchée Lascive« 

◇ Auteur: Lorelei James

◇ Editeur: Editions Milady (coll. Romantica)

◇ Dates de sortie:

– Numérique: 21 novembre 2018

– Broché: 20 mars 2019

Dominant malgré lui…

Ancien militaire, Cameron McKay est shérif adjoint et essaie d’oublier ses blessures de guerre. Il doute qu’une femme veuille d’un homme aussi diminué que lui. Jusqu’à ce qu’il rencontre la douce et timide Domini Katzinski à la recherche d’un mâle alpha qui saura la mater jusqu’au bout de la nuit… Cam a le profil parfait : un étalon à la vulnérabilité troublante, toujours une paire de menottes dans sa poche. Rapidement, Cam laisse s’exprimer son caractère dominateur. Mais il en veut davantage et se lance dans un assaut sensuel alors qu’un drame survient risquant de faire voler en éclats leur avenir commun…

* Je remercie Stéphanie et les Éditions Milady pour ce service de presse.

 

Je suis fan de la saga Riders depuis le tout premier tome alors dès qu’un nouveau tome sort je me jette littéralement dessus et en général je ne suis pas déçue. Le 20 mars dernier est sorti en broché le tome 7 racontant l’histoire de Cameron McKay dit Cam, un des frères du clan McKay, héros de guerre. J’attendais ce tome avec impatience et je l’ai dévoré en quelques heures, commencé dans la soirée il a été terminé au milieu de la nuit. Il faut savoir que Lorelei James, l’auteure de cette saga écrit à la 3ème personne et de façon assez particulière. En général, j’ai beaucoup de mal avec la narration à la 3ème personne, ça passe ou ça casse, mais Lorelei James est une des rares auteures avec qui ça passe crème. Je suis toujours moi-même surprise de voir avec quelle intensité et quelle facilité elle me transporte dans ses histoires. La lecture de ce 7ème tome ne fait pas exception. Je me suis laissée happé dans l’univers proposé par Lorelei James et autant vous dire que j’ai été conquise. Lorelei James sait y faire, elle détient cette faculté de nous rendre complètement folles de ses personnages masculins, de nous donner extrêmement chaud, de nous toucher au plus profond de notre être. Chaque tome est pourvu d’un héros diablement sexy et bestial, de scènes érotiques endiablées et torrides et d’une trame bien écrite qui mène à une morale touchante. Une fois de plus on retrouve cette association dans ce tome et on se prend plaisir à tourner chaque page, à aller de rebondissements en rebondissements. On se délecte des nombreux passages érotiques sans se lasser, on vit chaque moment de tendresse aux cotés des personnages, on se laisse submerger par le flot d’émotions brutes qui déferlent. On lit, on vit une histoire sacrément belle et émouvante entre deux être blessés qui vont s’apprivoiser et se reconstruire ensemble et mutuellement grâce à l’amour.

J’aime les Cow-boys autant que les bikers, ils dégagent quelque chose de bestial, grrr ! Mais en commençant cette lecture je savais quelle serait différentes des autres. En effet, les héros des précédents tomes (Colby, Colt, Cash, Cord, Trevor, Kade) étaient de vrais cow-boys dans l’âme adeptes du rodéo, vivants dans un ranch… ce qui n’est pas la cas de Cameron. Il n’a jamais été fait pour cette vie. Il s’est engagé dans l’armé pour fuir sa destinée. Mais une de ses missions sur le terrain a mal tourné. D’abord porté disparu, il a été retrouvé après plusieurs jours dans un sale état. Il a perdu sa jambe et un doigt, il a été en partie défiguré et son corps porte plusieurs stigmates dû à l’accident. Ca c’est pour vous situé le personnage car l’histoire commence plusieurs années après son rapatriement sue le sol américain, dans le Wyoming, près des siens. Maintenant, Cam est policier, plus précisément chérif adjoint. Cam adore son métier même si c’est parfois difficile pour lui avec sa prothèse. Avant Cam était un dominant (du sang de cow-boy coule dans ses veines quand même), il aimait le sexe, ce n’est pas que maintenant il n’aime plus ca mais disons que c’est plus compliqué, toujours cette histoire de prothèse. Il pense que personne ne voudra d’un homme mutilé, unijambiste alors il se préserve et refuse de se laisser approcher.  Il refuse que quiconque ait pitié de lui, ni ne l’aide pas même sa famille alors il s’isole et n’a pas eu de relations depuis son accident. Il s’est éloigné de sa famille qui pourtant vit à 15km de chez lui, il repousse tout le monde s’approchant trop près de lui, y compris la jolie Domini, gérante du petit dinner du coin. Domini Katzinski est une expatriée qui n’a plus de famille, ni de repères. En plus d’être une cuisinière hors paire, Domini est une jeune femme adorable, bienveillante et très réservée qui panse elle aussi des blessures qui la meurtrissent. Le mystérieux et troublant Cameron McKay ne la laisse pas indifférente mais c’est comme-ci elle n’existait pas pour lui. Hors elle se trompe, Cam prend ses distances car Domini l’attire beaucoup trop mais … (bla bla prothèse). Sauf qu’un soir, après une soirée alcoolisée, tout dérape et c’est le début d’une chevauchée lascive entre Cam et Domini, entre une âme blessée et une âme perdue. Domini a besoin d’un mal alpha qui la domine dans un lit (et pas que, le canapé, un pan de mur, une banquette de voiture… ça passe aussi) et Cam peut lui donner ça, il aime que domini soit soumise et docile. Ils se sont bien trouvés mais chacun est d’accord pour dire que ce n’est que du sexe, certes torride mais ça s’arrête là. De corps à corps torrides à des moments de grande tendresse il n’y a qu’un pas, Domi et Cam vont l’apprendre à leur dépends quand leurs vies vont se retrouver bouleversées.

Cet opus c’est un concentré explosif et mesuré entre scènes torrides et abondance d’émotions porté par la plume brillante et chaleureuse de Lorelei James. La trame regorge d’action et d’émotion nous offrant une romance des plus savoureuses.

Pour conclure, je dirais que j’ai beaucoup apprécié ma lecture mais que ce n’est pas mon tome préféré. Cependant je reste complètement fan de cette saga et j’attend le prochain tome avec impatience. Il sera sur Keely, l’unique fille du clan McKay, la petite sœur chérie et pénible, la tornade McKay et la sortie est prévue pour le 19 juin de cette année chez Milady ( Tome 8 – Chevauchée torride).

 

 

Wild Girl ~ Du bleu à l’âme

◇ Titre: Wild Girl ~ Du bleu à l’âme

◇ Auteur: L.S Ange

◇ Editeur: Editions Elixyria

◇ Date de sortie: 27 mars 2019

Margot ne connait que les coups, les humiliations et l’isolement face à un mari violent qui la séquestre depuis des années.

Le jour de son anniversaire, la jeune femme parvient enfin à s’enfuir à l’autre bout du pays, dans l’espoir de se reconstruire. Elle croise alors le chemin de Dylan Lorenz, célèbre avocat. À ses côtés, elle va reprendre goût à la vie… et à l’amour. Mais jusqu’à quand ? Qui se cache derrière cet homme torturé et secret ?

Prise entre les mensonges de Dylan et son époux qui refait surface, Margot vaincra-t-elle ses démons ?

Margot vit un enfer avec son petit-ami, Matt, dans le Nord de la France. Si au début de leur relation, il avait tout du petit-ami idéal, très vite les choses se sont dégradées. Matt s’est mis à boire plus que de raison, à humilier ,violenter et séquestrer Margot. Le soir de ses 28 ans, Margot réussi à s’échapper et prend le premier train disponible. Un train qui l’emmènera à Marseille et qui mettra sur son chemin Dylan, un riche et séduisant avocat. Dylan sous son sourire charmeur et son regard ténébreux, est un homme torturé et lunatique. Il propose gentillement un job à Margot mais cette dernière va vite déchanter.

J’ai apprécié Margot dès le début. Sa fragilité, ses tourments, sa combativité, … Cette femme m’a touchée. La façon dont L.S.Ange nous dépeint son calvaire m’a émue et me tourmente encore après la lecture. Dès les premières pages j’ai été bouleversée par la plume intense et poignante de l’auteur, happée dans l’enfer de Margot. Puis, j’ai pris part à sa reconstruction. Elle avait le droit au bonheur et j’étais à fond derrière elle, telle une cheerleader, jusqu’à ce que la jeune femme que j’appréciais beaucoup ne se transforme en girouette. Certe, elle est perdue, ses sentiments sont confus… ça peut se comprendre avec ce qu’elle a vécu mais j’ai moins apprécié ce pan de sa personnalité.

Quant aux divers hommes que vous allez découvrir au sein de ce livre, ils sont tous très différents. Accrochez-vous, il y a des turbulences à Marseille. Avez-vous déjà assisté à un combat de coqs ? Ce livre réalisera ce fantasme lol.

Le coeur de Margot se retrouve pris entre 2 feux. Le mystérieux et torturé Dylan face au gentil et bienveillant Florian. Les 2 ont du charme mais l’un vit dans un passé bien trop présent ce qui rend toute relation quasiment impossible. L’un est tour à tour le feu et la glace. Il peut être aussi chaud qu’un volcan en éruption puis d’un coup devenir distant, tranchant et aussi glacial qu’un iceberg. L’autre est plus posé et toujours là quand elle en a besoin, comme le serait un ami. Il est attentionné et protecteur, très gentil et généreux, apaisant, bref tout ce don Margot a besoin pour se retrouver elle-même.

Margot se retrouve en plein coeur de cette déferlante sentimentale. Avec son passif de femme battue, elle est méfiante mais fera-t-elle le bon choix ? Un choix de passion ou un choix de raison ?

J’ai aimé la tournure surprenante et sombre qu’à pris la trame. On s’encre dans une romance à suspense avec son lot de rebondissements et de noirceur. L’action est au rendez-vous et l’auteur tente de nous pousser dans nos retranchements, à plusieurs reprises j’ai eu un sursaut de frisson et d’adrénaline. L’histoire m’a captivée dès le début et la lecture bien que déroutante fût très agréable et prenante. L.S. Ange nous transporte dans un univers hors du commun sans conditions ni restrictions. Elle nous invite dans une romance à l’érotisme subtil et à l’acuité psychologique étonnante. J’ai aimé, mais, oui il y a un petit mais. Je reste un chouïa indécise, il me manque un petit quelques chose, ce petit truc qui fait basculer le coeur. Je suis restée au bord du précipice alors que j’aurai voulu y plonger, j’en voulais plus. Trop de questions me trottent encore en tête une fois me livre fermé.

Ça n’en reste pas moins une lecture très agréable et vraiment addictive qui se dévore tout simplement avec beaucoup de plaisir. Le récit est prenant et L.S. Ange a un don indéniable pour nous happer au coeur de ses histoires. Sa divine plume est un régal à lire. Je me suis,une fois de plus, délectée à parcourir l’écriture touchante et élégante de L.S. Ange. Elle nous offre de l’action, du suspense et une histoire poignante. Merci pour ce beau moment.

SUPRÊME DÉSIR ~ Tome 1 { Suprêmes interdits }

◇ Titre: Suprême Désir { Suprêmes interdits } Tome 1

◇ Auteur: Florine Hedal

◇ Editeur: Butterfly Éditions

◇ Date de sortie: 28 mars 2018 (numérique)

Bye bye le Canada, rebonjour la France ! Après une année d’étude passée à l’étranger, Calista est enfin de retour à la Ferme où l’ambiance rock’n’roll n’a pas changé depuis son enfance. Mais si la jeune femme est heureuse de retrouver sa famille, Basile ne semble pas partager l’enthousiasme général…

Basile, l’ami d’enfance qu’elle considère presque comme son frère. Basile, plus impulsif, cynique et torride que jamais.

L’homme serait-il troublé par la nouvelle Calista, sortie de sa chrysalide pour devenir le plus attirant des papillons ?

L’attraction est indéniable. Le péché est proche. Attention à ne pas se brûler les ailes…

Calista est de retour chez elle, un endroit appelé la ferme où vit sa famille en communauté. Elle y retrouve sa mère aimante, son père rockeur, son frère mais aussi Gus, son meilleur ami et Basile, son pire ennemi. Bien qu’ils ont grandi ensemble Calista et Basile ne se supportent pas, bien au contraire ils se detestent. Tout le temps en train de se chamailler, de ce taquiner… ils sont comme chien et chat, comme frère et soeur.

Enfant, Calista était un peu boulotte et pas sûre d’elle. Aujourd’hui, à 20 ans, elle est devenue une jeune femme très belle et intelligente. Elle n’a plus rien à voir avec la petite fille rondelette qu’elle était enfant. Cependant elle n’a pas conscience de ses atouts. Elle a gardé son côté fleur bleue, un peu naïf. Et ce qui n’a pas changé chez elle c’est son manque de confiance en elle, surtout avec la gente masculine. Et elle ne s’attendait pas à faire un quelconque effet à Basile.

Basile, de 2 ans son aîné, qui est un coureur de jupons, un serial baiseur. Il est canon, carrément sexy et hautement irrésistible. ( il va adorer ma description de lui. lol) Et celà va avec le package « sexy en diable » : il est hautain, égocentrique, arrogant et diabolique. Ça tombe bien, c’est comme ça je les aime !!! Et que j’ai aimé Basile !!! (Vas-y Basile jubile, tu as le droit).

Calista n’a aucune conscience de sa féminité et de son pouvoir de séduction sur la gente masculine. Basile lui si. Calista lui plaît. Calista l’obsède mais elle est intouchable (ou pas). Calista, elle, a bien conscience de ce qu’est Basile. Un playboy. Et refuse d’etre sa nouvelle proie malgré le désir intense et incontrôlable qui l’habite quand Basile la frôle, la touche, l’embrasse. Elle ne sera pas un nouveau trophée à accrocher à son tableau de chasse. Ça jamais et c’est elle qui le dit !! (C’est bien ma fille, on y croit).

Tout au long de ma lecture, j’étais tour à tour sur un nuage voluptueux, puis sur des charbons ardents, puis sur les hauteurs d’un volcan en ébullition. Avec cette lecture, j’ai emprunté un véritable ascenseur émotionnel et je n’en suis pas ressortie indemne.

D’abord sur un nuage de volupté, je me suis laissée emporter dans l’histoire et dans les méandres de l’attraction sensuelle entre Calista et Basile.

Puis, sur des charbons ardents, dansant d’un pied sur l’autre et découvrant les différentes facettes des personnages, apprenant à les aimer,… Alanguie et échauffée par ma délectable lecture, je m’y suis évadée pour mon plus grand plaisir.

Et aussi sur les hauteurs d’un volcan près a exploser, attendant l’éruption, l’explosion érotique qui se diffuse progressivement et qui s’intensifie. C’est sacrément bouillant et cette délicieuse torpeur érotique dans laquelle on plonge et tout bonnement un pur délice.

Suprême Désir c’est une histoire explosive, intense, voluptueuse qui met en scène 2 êtres qui se détestent mais qui s’attirent et que le désir envahit. Un désir ardent qui envahit leurs corps, leurs veines, leurs âmes (et les nôtres aussi, c’est contagieux) et les poussent à jouer à un jeu dangereux, à entrer dans une danse effrénée, à entrer dans un ascenseur sans lien d’attache. Et c’est ce qu’on ressent à la lecture. On s’engouffre dans ce jeu parfois malsain mais on y retourne, on danse avec les personnages en rythme avec la plume fluide de Florine Hedal, on plonge dans cet ascenseur fou, sans filet mais d’une intensité incommensurable et profonde. C’est déroutant mais c’est tellement bon. Je me suis régalée ! J’ai pris un shoot « Suprême Desir » qui m’a fait voyager dans un univers à la fois charnel et détonant et ressentir un tumulte d’émotions à la fois grisantes et déroutantes. C’était simplement exquis !!

Cette lecture c’est aussi une véritable source de frustration. Et ça, c’est un compliment pour l’auteur. Oui en général, les auteurs sont sadiques et aiment nous voir souffrir. lol.
Suprême Désir est une romance contemporaine rafraîchissante, avec des touches d’érotisme torrides, des moments de grande sensibilité, des répliques drôles… mais vraiment très frustrante.
Je découvre la plume de Florine Hedal avec cette romance et c’est plutot une jolie surprise. La lecture est franchement très agréable et fluide. Les pages se tournent quasiment toutes seules. On est comme aimanté au contenu qui défile devant nos yeux. L’auteur a un style épuré, riche et voluptueux. A travers son récit, elle a fait naître un nombre incalculable d’émotions en moi allant du désir à la colère en passant par l’incompréhension et cette satanée frustration. Grrr !!!

J’ai passé un moment fort agréable en compagnie de Cali et Basile. La trame est aboutie, cohérente et vraiment bien écrite, laissant entrevoir une histoire profonde et présage une montagne de possibilité pour la suite. Ce qui me frustre, encore plus !!! Oui les scènes érotiques ajournées sont frustrantes même si elles sont exquises; le caractère « sale gosse arrogant » de Basile est rageant même si j’ai adoré le détester; la cali qui n’assume pas ses désirs et prend la fuite à tout bout de champs m’a énervée également même si j’ai aimé sa sensibilité; et cette fin !!! Oui cette fin, où on se dit « ça y est, c’est LE moment », où l’on pense à tord que cette boule de frustration va enfin pouvoir exploser, où l’on tourne la page et qu’on attend l’explosion et qu’en fait, on y trouve les mots « à suivre » ça c’est la frustration extrême. Je veux la suite !!! Bordel de M….. !!!!

A suivre…

Is it Love ? ~ Carter Corp. Tome 1: GABRIEL

◇ Titre: Is it Love « Gabriel » T1.

◇ Auteur: Angel Arekin (sur une idée originale de Claire Zamora)

◇ Editeur: Hugo New Romance

◇ Date de sortie et disponibilité: 14 mars en broché et numérique

Alors qu’Ashley est en retard pour son premier jour de travail à la Carter Corporation, une grande
entreprise new-yorkaise dans laquelle elle a toujours rêvé d’être embauchée, elle croise le chemin d’un insupportable personnage qui lui fait perdre un temps précieux ainsi que son calme.
En arrivant au bureau avec plus d’une heure de retard, on lui présente son manager… qui n’est
autre que celui qui est responsable de son arrivée tardive !
Il va alors prendre un malin plaisir à faire planer le doute sur son éventuel renvoi. Dès lors se met en place un jeu mêlant séduction et provocation.

je ne pouvais pas passer à côté de cette adaptation du jeu » Is it Love » avec le personnage du sexy et arrogant Gabriel, manager chez Carter Corp. Oui je suis fan !! Lol. Je suis devenue accro à ce jeu et je souhaitais vraiment découvrir ce que donnerait une telle adaptation remaniée par Angel Arekin.

Voilà c’est chose faite. Je l’ai lu et je me suis réellement retrouvée happée dans l’univers du jeu vidéo, au sein de Carter corp. J’ai évolué aux côtés d’Ashley Styles ( le personnage que l’on crée et que l’on incarne dans le jeu.)

Ashley est une jeune femme indépendante, audacieuse et très intelligente au caractère de feu. Elle vit depuis peu à New York. Elle s’est installé dans la big apple suite au décès de sa mère. Elle accumulait les petits boulots jusqu’à trouver celui de ses rêves: Un poste de collaboratrice dans une société réputée et où elle pourra y envisager une carrière professionnelle. Une carrière sur laquelle elle préfère se concentrer.
Aujourd’hui, elle embauche et c’est son premier jour. Allant de déboires en malchances, elle arrive au boulot en retard, ses bas déchirés, sans sac à main dans lequel se trouve l’essentiel de la vie d’une femme mais avec la mine déconfite et l’envie que cette journée ce termine vite. Elle qui était si enjouée, déchante clairement.

Au sein de l’entreprise, elle va faire la connaissance d’une secrétaire serviable et adorable, de Matt, son nouveau collègue charmeur et très beau, de la DRH mégère et sournoise, du charismatique grand patron et de son manager Gabriel Simons, un homme sexy, arrogant, prétentieux et vraiment sexy que le destin a déjà mis sur sa route plus tôt dans la journée. Autant dire que cette première journée commence mal.

Le travail requière beaucoup de compétences et de sérieux. Ash se sent comme un poisson dans l’eau. Enfin jusqu’à ce que la tâche se complique. Un défi de taille à relever: ne pas céder à Gabriel Simons. Elle vient de mettre le pied dans un univers glacé regorgeant de requins et le chef du gang a des dents bien acérées.

Mais comment faire taire cette attirance envers l’horripilant Gabriel? Il est son manager… Mais il est aussi tellement sexy et attirant.
De son côté Gabriel est un homme certes arrogant, mais très professionnel. Il vit pour son travail. Les femmes sont juste de passage dans son lit mais ne reste jamais bien longtemps dans sa vie. Il est ce qu’on appelle un handicapé des sentiments. Mais cette nouvelle collaboratrice qui ose lui tenir tête, lui inspire des sentiments nouveaux et contradictoires, pourrait bien changer la donne. Il veut la posséder à tout prix. Juste une fois… Elle résiste, ça l’excite. Elle le repousse, ça l’énerve. Elle lui tient tête, ça l’horripile et l’excite plus encore … Mais cette femme n’est pas le genre à ce contenter d’une nuit sans lendemain.

Ce Gabriel, dépeint par Angel Arekin est à croquer !!! Il va vous séduire et vous faire fantasmer. Angel Arekin n’a pas son pareil pour écrire des scènes sexy à vous couper le souffle et à inonder vos petites culottes. Chaud devant !!! Vous entrez en territoire ardent et mordant !!! Grrr !!!
Et Ash (Ashley) je l’adore !!! Sûre que l’auteure s’est inspirée de moi. Mdr. Plus sérieusement, Ash a un caractère féroce et une répartie à couper au couteau. Elle se situe bien loin des clichés des nanas toutes mielleuses dans les romances. Et en même temps, elle a un côté sensible et attachant. J’ai adoré le duo de chic et de charme formé par Ash et Gabriel. Angel Arekin a joliment travaillé leurs personnalités respectives afin de les faire fusionner. Le résultat est explosif.

Angel Arekin a carrément assuré !!! Je pense qu’elle était l’auteure idéale pour relever ce défi et elle l’a fait avec audace et talent, le relevant haut la main et avec brio.
Cette pépite littéraire est un cocktail délicieux et détonant par lequel vous serez irrémédiablement séduit(e)s, tout comme moi.

Ce livre regorge d’originalité, de talent et de sensualité. Tout au long de ma lecture, j’ai été transportée par des dialogues piquants et sexys, des personnages attachants et fougueux, des scènes érotiques suaves et audacieuses, une trame judicieuse et bien travaillée. Le rendu global est tout simplement fabuleux. Les fans du jeu ne pouvaient rêver mieux. Cette adaptation littéraire est une vraie réussite et permet un doux moment d’évasion malgré le côté frustration de me pas pouvoir interagir avec Gabriel et les autres personnages à notre guise comme dans le jeu. Mais j’ai énormément apprécié de me laisser transporter par la plume captivante de l’auteure dans un univers qui me semble connu et que pourtant j’ai totalement redécouvert avec plaisir.

Je rajouterais que j’ai eu un coup de coeur pour Matt, le collègue charmeur et sexy d’Ashley… hummmm !! J’adore également son personnage et sa version du jeu. C’est un personnage au haut couleur qui me plaît beaucoup alors je vous dit rendez-vous dans quelques semaines pour découvrir son histoire écrite cette fois par Eva De Kerlan.

La box de Mars by Lire Ses Rêves ◇ CONCOURS ◇

Il est temps de vous dévoiler le contenu de la box de Mars vous ne pensez pas ?

◇◇◇◇◇◇ ◇◇◇◇◇◇

Ce mois-ci, la box contient de nombreux #goodies du SdL et d’ailleurs (magnets, mp,…) ainsi qu’une surprise sexy à lire mais je ne vous en dit pas plus.

Pour participer:

  • Être abonnés au blog
  • Commenter l’article

RÉSULTATS

—–> Règlement <—–

Le concours est ouvert jusqu’au 30 mars 2019 (18h) et fera un gagnant qui se verra recevoir son lot de la part de #Charlie et #Audrey soit en 2 temps (2 envois).

Mon LIVRE-PARIS by Audrey – Rétrospective (2019)

Bonjour les #Dreamers, c’est #Audrey, le week-end dernier se déroulait la 39ème éditions du salon du livre de Paris (Livre-Paris). C’est un des événements les plus attendus de l’année dans le monde de l’édition, aussi bien par les auteurs que par les lecteurs, blogueurs, les éditeurs… le salon du livre c’est le rendez-vous des amoureux des livres, c’est un week-end de folie !! Auteurs, lecteurs, blogueurs, amis,… se retrouvent le temps d’un week-end qui passe toujours bien trop vite mais qui est aussi très éprouvant. On ne dort pas beaucoup donc le filtre pour les selfies est une obligation. On marche beaucoup, on court même parfois donc on oublie les talons de 10cm et on préfère les baskets mais même là on ne sent plus ses pieds et on se retrouve avec les mollets en béton d’un footballeur. Alors, on se dit que c’est le week-end parfait pour perdre 1 ou 2 kilos mais que nenni ! Si on y regarde de plus près, on mange beaucoup: les restos avec les copines, les soirées des ME partenaires, les petits dej chez les éditeurs, les apéros, les bonbons et petits gâteaux sur les stands des auteurs… bref, tu as compris que tu dois éviter ta balance quelques jours après le salon. Mais surtout, surtout ce salon c’est un feu d’artifice d’émotions. Tu rencontres tes auteurs préférés à rester gaga devant eux (n’est ce pas #Charlie), tu retrouves tes copines et ça c’est vraiment extra, tu souris sans cesse à te bloquer les zygomatiques et avoir l’air d’une psychopathe, tu ris aux éclats à te faire pipi dessus et parfois tu pleures mais de joie je te rassure. Voilà, le salon du Livre c’est à peu près ça et cette année, cerise sur le gâteau, il semblerait que plusieurs personnes m’y ont vu alors je vais devoir remettre les choses au clair (une nouvelle fois): ce n’était pas moi !! J’aurais hérité d’un double maléfique donc je ne suis en rien responsable de ses agissements, des dires, ses coups de folies…

Bref, revenons au Salon du Livre. Alors …

– Hey !! Stop !!

– Pardon !! Mais…

– Chutt ! Je me présente, je suis le fameux double 😈 Bonjour, bonjour !! C’est moi qui prend le relais tu permets

– Mais non, je ne perm…

– T’y étais pas au salon donc tu ne sais même pas de quoi tu parles.

– Mais si !

– bla bla bla bla bla…

– ok ok. Vas-y, le blog est à toi.

– ah bah voilà !

Donc le salon du livre c’est d’enfer !! Et je sais de quoi je parle, MOI j’y étais avec mon super chac (sac-chat) ! Et je vais vous raconter ça…

Je suis arrivée à Paris, Vendredi vers 12h15 et sur le salon vers 13h et la première chose que j’ai faite c’est manger. Oui avant même de mettre un pied dans l’antre du diable livresque ( soit le salon. Vous comprendrez pourquoi c’est l’antre du diable plus tard) j’ai rejoint #Charlie et une très bonne amie (maman louve) pour aller manger. L’autre Audrey avait raison pour la bouffe. Bref, il est 14h30 quand je passe les portes du salon et à partir de là tout n’est que frénésie, sourire, cris, brouha, bref beaucoup de monde, de bruit, une chaleur étouffante, une euphorie ambiante et une ambiance de dingue. Dans l’enceinte du salon, on ne voit pas le temps passer et on a le temps de rien. J’ai filé de stands en stands, à travers les allées bondées de monde, vers l’infini et au delà. L’après-midi du vendredi est passée à une vitesse folle. J’ai fait des câlins, des bisous, des échanges de goodies… toujours accompagné de mes comparses de resto « au menu du jour quasi imposé mais non nous on veut des hot-dogs ». Aux détours des couloirs, on passe chez Les Plumes du Web ou mon « chac » a eu du succès et m’a chatte (mon sac chatte – oui car quand y a du rose c’est une fille) s’est faite caresser, Black Ink, Elixyria, Erato, Butterfly, See, Cyplog, Hugo,… et je passe voir notre partenaire adorée, auteure talentueuse et femme au grand coeur, j’ai nommé Blandine P. Martin avec qui je passe toujours un excellent moment. Elle est accessible, adorable et drôle, en plus elle a des Schokobons et elle m’a offert des M&M’s Wild Crows que je n’ose même pas manger. Vers 16h j’ai retrouvé mon cookie sans qui je n’aurais pas été présente sur le salon cette année (encore un immense Merci). Mon cookie c’est Shirley LB (auteure de Soul on Fire chez Black ink Éditions et de Pour t’avoir et T’aimer après tout aux Editions Harlequin). À partir de là, en plus de ma casquette de lectrice-blogueuse, j’ai revêtu celle d’assistante personnelle-cooky-sitter. Que du bonheur !! Je m’assure que Shirley est bien à l’heure à sa dédicace avec l’aide de petit oreo (renommée Horloge parlante à ce moment là) puis qu’elle ne meure ni de faim, ni de soif (il peut s’en passer des choses en 2h avec Shirley). Je vais m’acheter le nouveau bébé de Manon Donaldson S.W.A.T et rencontre enfin la québécoise, maman des Steel Brothers qui a perdu sa virginité de plein de choses (premier vol en avion, premier salon, premier séjour en France et première rencontre avec moi et ça c’est la classe lol). Après ça, je continue de virevolter où le vent livresque me porte: une brève rencontre avec Sophie Jomain, moi assise par terre cherchant je ne sais quoi dans un de mes nombreux sacs, elle resplendissante comme toujours. La vie est injuste lol. Quelques achats sont faits et Ana K. Anderson, Lou Marceau me tombent dessus pour mon plus grand plaisir bien sûr. Ensuite, retrouvailles avec mon amie Miss Hl’s sur le stand Elixyria. Que d’émotions de la revoir et de découvrir en vrai, en papier, son second roman So Me pour lequel j’ai été bêta-lectrice. Quel plaisir de revoir Nath, elle aussi bêta, une femme fantastique que j’apprécie énormément et qui est devenue une amie. Une aprem extra mais le salon s’apprête à fermer ses portes. Oh mais tient, il n’est pas l’heure de manger ? … Ah bah si, rebelote resto en excellente compagnie: Charlie, Nathalie, Miss Hl’s, Nath, Sarah et Shirley dans une ambiance chaleureuse et sympathique avec pour inaugurer dignement ce week-end de dingue, un mojito et une pensée pour notre #Sophia, restée à la maison #LsR pour s’occuper des #SexyEscorts. (Vivement notre mojito ensemble mon chaton).

Allez, Bonne nuit. Je ne vous dirais pas qu’on a parlé beaucoup, ri beaucoup aussi et refait le monde… dans notre appart-hôtel jusqu’à passé 3h du matin. Non non… ce contenu est privé et le restera, ça vaut mieux.

Je vous passe bien sûr le reveil avec la tête dans le pâté après 3h de sommeil, la douche, le ravalement de façade qui n’a d’ailleurs servi à rien… et je passe directement au salon en même temps vous êtes là pour ça et pas pour apprendre que mon gel douche est à la lavande et que j’ai bu un jus d’orange. On est d’accord, ça vous vous en fouttez comme de votre premier string.

Bref, le samedi au salon c’est la folie !! À 10h pétantes j’y étais au taquet prête à affronter le monde, la chaleur, les dragons ah non je m’égare là… ça a duré une heure, après mes jambes avaient du mal à me traîner. Je suis allée à la dédicace de Fleur Hana de laquelle je suis ressortie pleine de confettis et avec le smile. En plus j’ai vu ma bibiche Emeline. Une fois, mon graal en poche (Avec toi, m’envoler en double exemplaire svp) j’ai virevolté dans les allée de cet essaim géant. J’ai fait ma Shirley et je me suis perdue mais chutt, faut pas lui dire. Au bout de 30 minutes, j’ai vaincu le labyrinthe et j’ai retrouvé mon chemin vers Shirley et Sarah qui m’attendaient. Ces quelques minutes d’errance m’ont tout de même permises de croiser Charlene Kobel et Léane Morton avec qui j’apprécie toujours de passer un moment. Et c’est après ça que j’ai enfin retrouvé mon cookie et …et… Lindsey T que j’avais loupé l’année dernière. La patronne de l’organisation était une des rencontres à ne pas louper cette année et quelle rencontre ! Une nana extra ! Ensuite, j’ai revu ma petite magounette (grande par la taille et le coeur) alias Magali Inguimbert qui vous réserve des suprises à venir. Ça va déchirer !! 10, 20, … 100,… pas après (comment j’arrive encore à avancer ?) Bref, c’est l’heure de manger (encore) et de rejoindre Oly TL. Cette fois-ci le resto est italien, au menu lasagnes et tiramisu. Un fort agréable moment, tranquillement posé à papoter de tout et de rien. Un bonheur ! 14h sonnent et c’est le retour au salon, je ne sais plus qui j’ai vu après ça, beaucoup trop de monde (Delinda Dane, Chrys Galia, Callie J. Deroy, Soleano Rodrigues, Debbie Robin, Virginie Paire, Twiny, Jessica, Morgane Moncomble, Oren Miller/Lucie Castel qui allait au WC (désolée), Audrey Dumont, Iris Julliard, Siobhan Gabrielly, Sophie S. Pierucci, Gwen delmas, Audrey Grill …) désolée pour ceux que j’oublie, j’ai perdue mes pieds et ma tête quelques part dans ce dédale de moquette bleue immonde qu’est le salon. Mais j’ai quand même réussi à louper Laurie Delphis et Marie HJ. Je suis triste mais je me dis que ce n’est que partie remise. J’ai revu avec plaisir quelques copines blogueuses: Maria (Les lectures de Maria), Carine et Soumya (Les étoiles des bibliothèques), Marilyn ( Frénésie Livresque), Lixia (Au coeur d’une passion), Mélody (by méli mélo). Cette aprem est passée beaucoup mais alors beaucoup trop vite. Il est l’heure de dire au revoir à Nathalie (ma maman louve) et à ma chérie Charlie (le temps de 3 semaines). Après avoir récupéré ma précommande chez Juno Publishing, je dis aussi au revoir au salon pour aujourd’hui car il est temps de rentrer à l’hôtel afin de se préparer pour la soirée Black ink.

20h30: les portes du « Paris Clandestin » s’ouvrent nous laissant découvrir un endroit atypique. Nous nous engouffrons dans des caves souterraines chaleureusement réaménagées en bar. Une ambiance feutrée et mystérieuse. Notre but, après une longue journée, trouver un endroit où poser nos fesses et boire un verre entre nanas. Un canapé, des poufs, des mojitos, des petites verrines, quelques bricoles à grignoter, les copines et voilà que la soirée commence. Et on se refait un concerto de bla bla et de rires à en pleurer… les copines défilent (Ludivine Delaune, Lily Pink, ma Meli d’amour, Vivi, Tina, Agnès, Shelby…) et la soirée est agréable. Nos héros chouchous black ink se voient décerner des awards lors d’une cérémonie informelle, des cadeaux sont gagnés, des mignardises sont dégustées, des verres sont vidés (et posés sur notre table, le serveur a dû penser qu’à nous 5 on avait vidé le stock d’alcool mais c’était pas nous promis). En somme, une soirée super sympa avec les copines: Anonymous-Shirley, Miss Hl’s, Nath (qui a protégé notre butin) et Sarah (propriétaire d’un nouveau mug) ! Mais la fatigue aidant, à 2h30 du mat, nous décidons de rentrer et d’aller nous coucher. Kapten est mon ami et nous reconduit à bon port. Je me souviens avoir poser ma tête sur l’oreiller et… le trou noir jusqu’à 8h.

C’est pour moi (et pour beaucoup) le dernier jour au salon et peut-être le plus éprouvant. J’ai dormi à peine 5h (et 3 la nuit précédente) autant vous dire que je ne suis pas fraîche mais j’ai la pêche et je compte bien profiter de ce dernier jour. On est tous fatigués mais on tient encore debout par je ne sais quel miracle. Et le dimanche au salon c’est comme à la maison ou presque, c’est cool. On a refait nos valises avec du mal car l’antre du diable nous a eu (tous sans exception). Au départ, on avait une liste d’achats et puis la liste à disparue et on a fait flamber la carte bancaire, le chéquier tout. On sait que dès mardi, on aura un appel du banquier mais pour l’heure on s’en tape royalement. 11h: Je dis au revoir à mon cookie avec quelques larmes retenues et je file prendre un petit déjeuner (oui à 11h). Je vous avez dit qu’au salon on bouffe en permanence et puis après le choc émotionnel de quitter mon cookie j’avais besoin de ma dose de réconfort, à savoir du chocolat (mais non pas un mojito à 11h). Je me pointe vers midi au salon et là l’ambiance est vraiment différente. Ca sent déjà la fin. Je retrouve sur le stand des Éditions Addictives, Carole, Marie Meyer, Lil Evans, Ana K. Anderson et je fais quelques derniers achats, comme si j’en avais pas déjà assez ( cf. antre du mal). Un dernier câlin à ma chérie Belge, Miss hl’s et à Nath (Belge aussi), et me voilà en route, direction la gare du Nord où je retrouve Monsieur Julien Lazarro (les garçons de chambre ça vous parle ? Et bein, c’est lui) pour boire un café avant de rentrer chez moi. Voilà, c’est le moment de reprendre de train… 50 minutes plus tard, j’arrive à Arras dans les Hauts-de-France. Sur le quai m’attendent mes enfants alors je range ma casquette de lectrice-blogueuse avec une pointe de tristesse mais avec des étoiles plein les yeux et je remets celle de maman avec plaisir. De ce week-end je garderais une tonnes de souvenirs mémorables et indélébiles, vos sourires, nos éclats de rire, la générosité et la bienveillance de certains. J’y penserais souvent et j’imagine déjà mon sourire se dessiner et mes yeux briller d’émotions à l’évocation de ce week-end. C’est de l’amour en barre, un flot d’émotions brutes sur quelques jours !!! Ca fatigue mais ca revigore aussi, allez comprendre, c’est la magie de Livre-Paris. J’ai bien sûr les regrets de ne pas avoir vu untel ou untel mais ce ne sont que des actes manqués, un jour…

Mon album photos:

(Ma chatte-chac)

#Audrey, le double 💋

[ * PS: Je m’excuse par avance auprès des personnes que j’ai oublié de citer. Ce qui se passe au SdL et dans ses alentours reste au SdL… 😘 ]

Le salon Livre-Paris vous donne rdv l’année prochaine. Est ce que j’y serai ? L’avenir nous le dira…

Livre Paris 2019 by Charlie

Ah! un petit bilan à chaud de ce week end exceptionnel.

Je suis arrivée sur le Salon Vendredi à l’ouverture où j’ai retrouver mon amie Louve Alpha pour le week end. Après avoir attendu un moment aux Vestiaires Spécial Valises car la machine était en panne, nous voilà enfin à l’intérieur.

Premier stand visité, le vestiaire 6* de Plumes du Web 😂 et la rencontre avec l’éditrice Cara Solak ❤, son mari, et Cindy Lia et Laure Allard D’Adesky en pleine séance de dédicaces (enfin surtout en train de voir le stock de bonbons diminuer à cause de tous les gosses dans les allées 😂). Sans oublier les étagères maudites et les livres qui tombent.

Ensuite, un petit tour de repérage s’impose. Après avoir fait le tour de la section romance et récupérer un livre pour Louve, direction le repérage de Flammarion pour voir si le précieux tome « Leonora Kean » de Cassandra Odonnell est déjà en vente. Malheureusement, il ne sera dipo que le lendemain mais je me suis tout de même procurée le tome 2 illustré « Les Etoiles de Noss Head » de Sophie Jomain.

Une pause s’impose, quoi de mieux qu’un thé à la menthe, un chausson aux pommes et une amie pour se pauser un peu.

Et nous voilà repartie direction Elixyria pour nos achats suivants. Le mien : « So Me » de Miss Hl’s qui rejoindra la précédente édition déjà en ma possession.

Ensuite récupération de ma commande chez Juno Publishing avec en ma possession Les Tome 1 et 2 de « La Marche de la Honte » de Victoria Ashley. Puis mission Blandine P. Martin. Mais elle n’est pas à son stand, il faut dire qu’il est midi et que la faim se fait sentir pour ceux qui travaille depuis le matin. Ce n’est pas grave, ce n’est que partie remise.

On décide donc d’un détour par SEE pour faire un petit coucou à Leticia Joguin Rouxelle, Marie Luny et Rose Kalaka.

Ensuite, temps fort suicant de la journée, il est l’heure de retrouver Audrey ❤(enfin, depuis le temps qu’on ne s’était pas vu. Quelle joie de se retrouver) pour aller manger (Un énorme hot dog🌭 avec frites 🍟que j’ai dévoré sans en laisser une miette 😂).

Et c’est reparti pour le salon où l’après-midi passe très vite. Dédicaces de mes 3 autrices chouchous chez Plues du Web : GH David (indétrônable), Christelle Da Cruz (que je rencontre enfin) et Cara Solak (feme au grand coeur). Un moment très fort dans cette journée, et mes livres enfin dédicacés. ❤❤❤ Merci pour ce grand moment.

Et on a enfin pu voir la grande Blandine P. Martin. La Saison 1 des Wild Crows est enfin chez moi et je vais pouvoir découvrir cette série qui me fait tant envie. Tout ça en plus d’avoir découvert une femme formidable avec qui j’ai adoré discuter.

Un nouveau détour par Elixyria pour une dédicace de Miss Hl’s avant un dernier stop pour voir la grande Emily Blaine et me faire dédicacer mon intégrale de « Dear You ».

Afin de prendre des forces, on décide d’aller poser nos affaires à l’Hotel et se repauser un petit coup.

Pour terminer la journée, soirée tranquille avec Mojito 🍹🍹 en compagnie de Nath, Miss Hl’s , Shirley LB, Sarah, Mamie Louve et ma chérie Audrey.

Une soirée peinard pour conclure cette première journée dans les nuages ⭐☁️⭐☁️⭐.

Jour 2.

Une seule chose en tête dès le réveil, un seul horaire important pour la journée, 14h, la dédicace de Cassandra Odonnell.

En arrivant, il y a un monde fou. Heureusement, Pass’ Pro’ oblige, nous entrons rapidement et commençons la journée par un bon petit déjeuner et l’achat du sandwich du midi pour pouvoir aller faire la queue sans se préoccuper de ça.

Direction pour continuer le stand Flammarion pour rechercher notre GRAAL : « Leonora Kean » de Cassandra Odonnell. Surprise, il était là, je l’ai donc pris ainsi que « La nouvelle » et les 5 tomes de « Malenfer ». nous étions prêtes pour la dédicace de l’après-midi.

Petit détour par le stand Harper Collins afin de me procurer le dernier livre de Sophie Jomain « Et tu entendras le bruit de l’eau » pour la dédicace du soir.

Un crochet par les allées de la romance nous convainc vite d’aller déambuler ailleurs. Les allées sont noires de monde et au milieu de tout ça, j’arrive quand même à croiser Twiny B., et lui soutirer un autographe ainsi qu’un petit dessin, toujours le même 🐇.

Au milieu de la foule, je revois Josephine LH, éditrice de Rouge Noir Éditions qui m’attend avec une surprise. Les superbes marques pages de ses premières sorties, ainsi que les formats Brochés 📚 de « Entre Provence et Cyclades » et « Fantasme », mes 2 premières créations graphiques pour sa ME. Quelle joie de voir son travail récompensé.

On essaye de retrouver Titia pour se rencontrer enfin, et après de nombreux détours et une traversée complète du salon, j’ai enfin pu découvrir en chair et en os une des personnes qui me suis depuis mes débuts dans l’écriture, et son enthousiasme me touche toujours plus. Le temps de papoter un peu avant qu’une nouvelle pause s’impose avant d’aller à notre dédicace.

Une crêpe au Nutella et un verre d’eau plus tard, nous voilà d’attaque à attendre Cassandra. Et l’attente en à valu la peine. Une autrice avec un coeur énorme, qui à combler nos espoirs et avec qui nous avons aimer partager ses quelques minutes, même si c’était bien trop court. On repart de la un sourire béat 😁 sur les lèvres et des étoiles plein les yeux 🤩.

Finalement, c’était plus rapide que prévu, donc on a le temps de passer faire coucou à Charlotte Roucel qui est en dédicace, de partager un moment avec Audrey avant de se quitter et de recroiser quelques auteurs comme Ania Lie ou Miss Hl’s, ou copines telles que Carine, Soumya, Emeline, Audrey…

Trop de monde à voir, trop peu de temps, ais ce n’est qu’une question de temps avant que l’on se revoit.

Avant de partir et de quitter le salon définitivement, le détour pour attendre mon autrice du coeur Sophie Jomain s’impose. Etc’est donc par ce magnifique moment que la journée parfaite se clôture, ou presque. Encore une soirée nous attend.

Un peu de repos, une douche et un Doliprane pour les courbatures plus tard, on se retrouve au Verre Galant pour passer une soirée mémorable. Je n’oublierai jamais, Geny, Christelle, Laure, Cara et Louve ❤ vous avez fait de cette journée, une journée PARFAITE.

C’est l’heure de se quitter, mais avec de nouvelles amies, de nouveaux souvenirs, et de l’amour plein le coeur.

Un dodo, et on rentre à la maison, heureusement pour moi, sans encombre…

Je voulais remercier Louve d’avoir accepter de me supporter 2 jours, Audrey d’être une personne essentielle, Geny toi tu es une évidence, Christelle car j’ai découvert en toi tout ce que j’aime chez quelqu’un, Laure pour ta bonne humeur, Cara pour ses supers moments partagés et toutes les autres personnes que j’ai croisé durant ce week end mémorable.

Je vous aime ❤❤❤.

Crazy Lovers

◇ Titre: Crazy Lovers

◇ Auteur: Ena Fitzbel

◇ Autoédition EF

◇ Date de sortie: 1er mars

Un covoiturage calamiteux peut-il changer votre vie ?
*****************************
Des embrouilles ? Lila n’en veut surtout pas !
Demain, elle part en vacances en Espagne et elle entend bien en profiter pleinement. Mais suite à une mauvaise blague de ses collègues, elle est obligée de covoiturer son patron.
En plus d’être séduisant, Adrien est un patron pressé et intransigeant. Il ne supporte pas la médiocrité. Aussi, lorsqu’il découvre que le véhicule de Lila n’est qu’un vieux tacot, il voit rouge.
Dès le début, les ennuis s’installent. Quiproquos et disputes s’enchaînent. Entre une jeune femme qui n’a pas la langue dans sa poche et un homme qui ne parle que pour rabrouer son prochain, il ne pouvait pas en être autrement. Sans compter qu’à notre époque, un GPS, c’est bien pratique ! Encore faudrait-il en avoir un !
Du coup, Adrien et Lila échouent en rase campagne, dans un étrange centre de remise en forme. Se pourrait-il qu’ils y apprennent la recette du bonheur ?

Lila, 27 ans, est une jeune femme généreuse, souriante, intelligente mais un brin naïve. Elle a du caractère mais se cache derrière une façade et préfère se faire discrète.

La jeune femme aime son boulot mais depuis quelques temps elle aspire à un peu de repos et attend ses vacances avec impatience. Elle souhaite, durant cette période de congés, mener à bien un projet humanitaire qui lui tient à coeur. Elle envisage une traversée de la France afin d’apporter en Espagne des affaires collectée par son association d’aide aux orphelins d’Afrique.

Ses blagueurs de collègues l’ont inscrite sur le site de covoiturage de leur société. Cette petite blague va la contraindre à prendre la route avec Adrien De Fromentel.

Adrien qui n’est qu’autre que le directeur adjoint de la société d’assurance pour laquelle elle travaille. En autre terme son patron.

Adrien, la trentaine, mériterait une bonne paire de claques !! Ce mec est imbu de sa personne, arrogant, antipathique à souhait. Il est détestable !! Il souffle le chaud et le froid. Il se montre distant et froid pour devenir légèrement attentionné la minute d’après. Mais son côté goujat prend toujours le dessus.

Lila n’est pas enchantée de ce contre-temps mais si elle veut mener à bien son projet, elle n’a pas le choix. Lila ne supporte pas son arrogant patron et ses préjugés mais elle veut par dessus tout ses quelques jours de vacances bien mérités alors elle accepte ce covoiturage périlleux.

Voila donc ce duo improbable prendre la route pour un périple qui leur réservera bien des surprises. Entre disputes et quiproquos, ce duo ne cessera pas de nous surprendre et nous faire rire. Après avoir vu des centaines de kilomètres défiler, Lila et Adrien se retrouvent perdus au milieu de nul part. Ils finissent par miracle (ou pas) par échouer dans un étrange centre de remise en forme qui regorge d’occupants fort sympathiques mais complètement loufoques. Des personnages secondaires extravagants mais attachants dans le fond et qui d’une certaine façon porte l’histoire.

Lila et Adrien s’engage dans un périple qui sera parsemé de situations comiques, de dialogues cocasses, de rencontres atypiques, de nombreuses disputes, d’étonnantes révélations, … mais se pourrait-il que l’amour leur tombe dessus ?

« Crazy Lovers » est une lecture fluide et agréable à lire. Il m’aura, quand même, fallu un peu de temps pour entrer dans l’histoire. J’avoue avoir eu du mal au début et avoir posé le livre plusieurs fois pour toujours y revenir et je ne regrette pas d’avoir persévéré car j’ai apprécié cette lecture. J’ai détesté Adrien bien sûr. Mais… vous comprendrez par vous même. J’ai voulu secouer Lila et en même temps j’ai beaucoup aimé son personnage. Et j’ai surtout ri. Mais de vrais rires qui viennent du coeur. Je ne vous raconte pas la tête des gens dans la salle d’attente du médecin après un fou rire. Il y a beaucoup de dialogues ce qui apporte de la fluidité et de la fraîcheur à cette trame complètement dingue. Avec des personnages caricaturaux mais aussi charismatiques, à travers des dialogues farfelus, le scénario proposé par Ena Fitzbel est une bouffée de fraîcheur.

« Crazy Lovers » une comédie romantique audacieuse, originale, pétillante et complément déjantée. L’écriture d’Ena Fitzbel nous porte avec tendresse, humour et subtilité à travers son récit. Elle nous offre un agréable et sympathique moment de lecture et de détente. Une lecture délectable et sans prise de tête, il suffit simplement de monter à bord de la « Crazy Lovers » mobile et de se laisser transporter dans cet univers surprenant et rafraîchissant.

Endless Night

◇ Titre: Endless Night (Tome 1)

◇ Auteur: Estelle Every

◇ Editeur: La condamine (Fyctia) / Hugo new romance poche

◇ Date de sortie:

– Format poche: 14 mars 2019

– Format numérique: 18 janvier 2018

Les nuits blanches révèlent les plus sombres secrets…
Le Secret… Le seul nom de ce club russe très privé est un fantasme. Auxane, jeune journaliste ambitieuse, n’a pas le choix : elle doit l’intégrer pour prouver ce qu’elle vaut à sa rédaction. Plongée au coeur d’un univers qui la trouble de plus en plus, fascinée par Grigori, le séduisant patron du Secret, et si c’était sur elle-même qu’Auxane faisait les plus grandes découvertes ?

Auxane est journaliste mais elle rêve de grandes investigations alors que son rédacteur en chef l’assigne à la rubrique des faits divers. Jusqu’au jour où une occasion de rêve se présente. Exit la rubrique des chiens écrasés , elle va pouvoir assister un très grand journaliste, un de ses pairs dans une de ses investigations. Elle s’envole donc vers la Russie, pays dont ses parents son originaires, avec son collègue. Sur place, et pour faire avancer l’enquête qu’elle mène, elle intègre le Secret, un club sélect, privé et libertin dirigé d’une main de fer part le séduisant et mystérieux Grigori. L’envers du décor du club et surtout ce qui s’y passe la fascine plus que de raison. Son séduisant gérant l’obsède, la trouble autant qu’il l’irrite. Auxane a mis les pieds dans un univers dans lequel elle ne maîtrise rien, où sa sexualité s’éveille sous un nouveau jour. Sortira-t-elle indemne du Secret ?

Entre secrets et manipulations, entre sensualité et mystère, l’auteur nous invite dans un univers de luxure exaltant et décadent. Elle nous anime d’une armada d’émotions avec parcimonie, un flot d’érotisme petite dose par petite dose… un procédé tout en lenteur et en finesse qui nous rend accro.

Même si j’ai eu un peu de mal au début, je dois dire que l’auteur a réussi à m’embarquer dans sa tumultueuse histoire. C’est une romance érotique mais aussi une romance à suspense je dirais. Même si la romance passe au second plan et que l’érotisme prédomine, on sent qu’il se trame quelque chose. Oksana et Grigori ensemble… Je me dis que c’est impossible. Ils ne sont pas du même monde, n’ont pas les mêmes objectifs. Et pourtant, l’auteur parvient à me faire espérer, à vouloir croire en cette histoire atypique et j’y ai cru jusqu’à ce qu’elle me montre que tout ça n’était qu’un leurre. Et puis… Et si… pourquoi faut-il que même dans les livres tout soit toujours si compliqué ? Et pourquoi ces mots qui résonnent encore « À suivre »… Je ne veux pas attendre !! Je veux savoir !! Accro !! Je vous l’avez dit.

Endless night c’est comme une fine couche de volupté qui parcourt et électrise chaque parcelle de votre peau, comme un courant électrique qui parcourt vos veines à une vitesse folle faisant battre votre coeur de façon frénétique, comme un ouragan qui ravage tout sur son passage mettant en transe votre corps, déchaînant toutes vos sensations dans un tourbillon galvanisant et provoquant un cour circuit de vos neurones. C’est une lecture sous haute tension sexuelle, très dangereuse pour votre lingerie, complètement prohiber pour les vierges effarouchées, à proscrire pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques. Quoi que mort par orgasme littéraire est une belle mort. Une explosion de saveurs et de sensations à l’état brut.

Si vous tenter l’aventure Endless Night et vous allez la tenter … avant de commencer éloignez-vous de toutes substances inflammables car vous ne serez plus qu’une torche humaine.

L’écriture de l’auteur est exaltante, luxurieuse et envoûtante. Elle est parvenue à m’entraîner dans le tableau charnel qu’elle dépeint divinement bien. J’ai eu dû mal à y entrer mais j’ai fini par succomber à la luxe… maintenant je ne suis pas sûre de vouloir en sortir. L’auteur m’a happé dans son récit et m’y a maintenu de force par de nombreux rebondissements, de nombreuses révélations et surtout elle m’a donné la folle envie de jouer. La lecture est agréable et on se laisse aisément guider à travers la trame subtilement amenée et délicieusement travaillée par Estelle Every. On se régale !!

Pour finir, je conclurai en disant que cette histoire n’est pas pour tous le monde. C’est une romance singulière et étonnante qui mêle érotisme et suspense. L’univers d’Endless Night est à la fois sensuel et décadent, à la fois sombre et délétère. C’est une histoire que j’ai parcourue avec beaucoup de volupté dont l’intrigue étayée et prenante m’a faite sortir des sentiers battus et m’a poussée dans mes retranchements, m’ouvrant un nouvel horizon. C’est compliqué de parler de quelque chose qui a provoqué en vous énormément de sentiments contradictoires. Savoir si j’ai aimé, si j’ai détesté, un peu aimé, pas beaucoup aimé… Je ne saurais vous dire. Je ne peux seulement vous dire que je viens de finir et que j’en suis encore troublée. J’ai tremblé de peur et de désir, j’ai souri, j’ai était saisie par toutes une horde d’émotions brutes et saisissantes, … mais une chose est sûre je veux la suite !!

Sex Expérience ~ Vol. 1 + Vol. 2

Sex Experience, et vos fantasmes deviennent réalité ; telle est la promesse de cette entreprise aux services très particuliers.

📖 RÉSUMÉ:
Dans cette première histoire courte, nous suivons une jeune femme qui n’aspire qu’à s’épanouir pour enfin briser les chaînes qui la retiennent. Pour cela, elle décide d’assouvir son fantasme le plus inavouable : devenir, le temps d’un après-midi, une reine du porno, désinhibée et libre.

📖 RÉSUMÉ:
Dans ce volume 2, notre héroïne, voulant se désinhiber et se débarrasser de tous les préjugés engendrés par une éducation trop stricte, décide d’assouvir l’un de ses fantasmes les plus inavouables : coucher avec une femme, sous le regard affamé de plusieurs hommes.

Note: Pour information, les volumes de cette série sont indépendants les uns des autres. Chaque nouvelle présente un nouveau personnage et une nouvelle expérience. Ces nouvelles comportent des scènes de sexe explicites et se classent dans la catégorie érotique/pornographique. Lecture pour public averti.

J’ai dévoré les 2 premiers volets de « Sex Expérience » dans la nuit. J’étais partie pour en lire un, puis j’ai enchaîné avec le second. Comme quoi les insomnies ça a du bon mais après j’ai eu très chaud car c’est carrément torride !!

Ce sont des nouvelles érotiques pour public averti: le premier volet compte 31 pages contre 33 pour le second donc autant vous dire que ca se lit très vite mais aussi très facilement. De plus ces lectures sont fort agréables à feuilleter. J’ai été agréablement surprise et tout bonnement conquise par la proposition de l’auteure. Elle nous invite à pousser les portes d’un univers où règnent le fantasme, la décadence et la sensualité.

Dans le premier opus, l’héroïne fait appel aux services de Sex Expérience pour vivre son fantasme de devenir une reine du porno. Elle se retrouve sur un plateau de tournage avec un des plus grands réalisateurs de porno du monde et aura pour partenaires de jeu, des acteurs pornos renommés et bien montés. Autant vous dire qu’elle va s’éclater !!

Dans le second tome, on change d’héroïne. On rencontre une jeune femme qui souhaite réaliser un de ses fantasmes les plus inavoués: faire l’amour avec une femme devant une horde de mâles affamés et excités. La société Sex Expérience lui organise ça et la jeune femme va prendre un pied d’enfer !!

Deux héroïnes différentes pour deux fantasmes suaves et lubriques dans deux courtes nouvelles absolument délicieuses. Zéro préjugé mais des orgasmes à revendre, pas de prise de tête, juste une lecture érotique plaisante à parcourir. C’est une lecture à lire par plaisir, pour s’évader. En 30 pages, ne vous attendez pas à trouver une histoire avec une intrigue ou une romance et tout le bla bla fleur bleue. Non il n’y a qu’une scène érotique, du cul quoi. Je préfère le dire même si l’auteur l’a déjà précisé dans son résumé. Tout au long de ces quelques pages, vous assisterez à des scènes torrides de sexe durant lesquelles les héroïnes prennent leurs pieds. Elles nous narrent avec intensité leurs expériences sexuelles mais aussi leurs doutes, leurs envies, leurs espérances. Après avoir partagé les expériences de nos héroïnes d’un jour, on en vient à se demander si « Sex Expérience » ne pourrait pas nous rendre quelques services à nous aussi lol.

L’auteure parvient à nous accrocher avec sa plume chaleureuse et sensuelle grâce à laquelle la lecture est fluide. Elle nous dépeint des moments d’intimité sur fond d’érotisme avec style et divinement bien, sans entrer dans l’outrance ou le vulgaire et c’est très appréciable. On se laisse aisément emporter dans cette délicieuse torpeur sensuelle offerte par Angel Priest. Très vite, on se retrouve drapé sur un nuage de volupté concupiscente. Et on en redemande !!

Ces petites nouvelles sont à dévorer sans modération !!!

#Audrey (qui va aller prendre une douche froide) 💋

《Avec toi, m’envoler》de Fleur Hana

◇ Titre: Avec toi, m’envoler

◇ Auteur: Fleur Hana

◇ Editeur: Harlequin – Collection &H (new adult)

◇ Sortie: 6 février 2019 (numérique et broché)

Elle est son ancre, il est son ciel

Elle s’appelle Adeline. La première fois que Matt la voit, il perd toutes ses certitudes. Car Adeline a quelque chose de moins que les autres. Et quelque chose de plus. Un plus qui la rend unique, captivante, et fait douter Matt : doit-il aller au bout de la mission de séduction que son boss lui a confiée ?

Il s’appelle Matt. La première fois qu’Adeline le voit, elle sent monter en elle l’amertume. L’amertume à l’idée qu’il n’éprouve à son égard que compassion et pitié, qu’il ne voie que le corps malade et oublie la femme qui l’habite. Mais Matt persévère, comme s’il voulait vraiment la connaître. Alors, Adeline le laisse petit à petit entrer dans son quotidien régi par les contraintes médicales. Et elle en vient à se demander si elle ne pourrait pas, elle aussi, se laisser emporter par la douce légèreté qui guide la vie de Matt…

Bienvenue dans le quotidien de Matt, membre des Golden Boys, collègue et ami de Dante. Oui le Dante de Lola, le Dante de « Nous deux à l’infini ».

Mais aussi, le Dante que j’ai aimé, le Dante que j’ai détesté, le Dante que j’ai aimé détester, le Dante que j’ai adoré. J’étais folle de Dante mais Matt… wouah ! Matt c’est… différent… je suis tombée amoureuse de Matt au fil des pages.

Matt se voit confier une mission par son Boss. Il doit séduire une jeune femme afin de lui redonner confiance en elle. Cette jeune femme se nomme Adeline. Quand Matt tombe littéralement sur Adeline il est désorienté. Adeline a un truc en plus dans le regard, dans l’attitude mais elle a quelque chose en moins par rapport aux femmes qu’il fréquente d’habitude. Un truc en plus qui le captive et un truc en moins qui aurait tendance à le faire fuire et pourtant il va s’acharner à faire à Adeline une place dans sa vie. Il tente de se rapprocher de la jeune femme mais cette dernière lui donne du fil à retordre. Adeline a du caractère c’est le moins que l’on puisse dire et Matt va en faire les frais. Au fil des jours, Adeline le laisse s’asseoir à sa table, le laisse l’accompagner en promenade… mais la vie n’est pas toujours simple et quand la maladie et ses contraintes entre en jeu, il faut apprendre à composer avec. Y a-t-il une place pour l’amour dans tout ça ?

A travers cette romance, Fleur Hana traite d’un sujet pas facile et elle fait celà tellement bien avec douceur et finesse, sensibilité et authenticité. Elle mettra à rude épreuve la sensibilité des lecteurs. Elle a cette formidable capacité à nous happer dès les premières pages dans l’univers qu’elle dépeint sous notre regard affamé et celle aussi de nous entraîner dans un formidable et bouleversant réalisme de sentiments. On ne sort jamais indemne d’une lecture signée Fleur Hana et « Avec toi, m’envoler«  ne fait pas exception. Je suis passée par toute une armada d’émotions avec cette lecture. Une lecture tellement agréable à parcourir que je n’ai pas vu le temps passer. Je redoutais tellement de voir arriver la fin que je me forçais à faire des petites pauses pour rerarder l’inévitable. J’ai même été jusqu’à relire certains passages deux fois parce que je les trouvais sublimes mais aussi pour faire durer le plaisir. C’est l’effet Fleur Hana. Elle me rend complètement folle et dépendante. Quand je suis plongée dans un de ses récits, j’ai l’impression d’être une vraie toxico. Je me jette sur le livre dès sa sortie, je ne veux plus le lâcher, j’en veux toujours plus car je n’en ai jamais assez, si par malheur je dois poser le roman au bout de 5 minutes ça me manque et je ne pense qu’à y replonger, je suis obnubilée par la suite, par les personnages… et une fois terminé,… Alors là c’est le drame !! Je suis complètement vidée de toutes émotions et pourtant je n’ai qu’une seule envie: le recommencer depuis début et reprendre une claque, encore !!

Avec cette citation extraite de son roman, Fleur Hana dit tout. Elle fait passer ce message qui fait tellement écho à la sublime romance qu’elle a écrite. « Il y a des histoires, tu les vis, tu ne les racontes pas », Avec toi, m’envoler fait partie de ces histoires qui se vivent et ne se racontent pas. C’est aussi pourquoi, je ne trouve pas mes mots pour vous décrire tout ce que ce livre m’a inspiré. Ce livre est plus que bien, plus que très bien, plus que touchant, plus que prenant, plus que parfait. Il est tellement plus plus plus… C’est du plus-que-bonheur !!!

J’ai été complètement charmée, voire même hypnotisée par la plume de Fleur Hana. Elle a ce style d’écriture qui vous transperce l’âme et le coeur, une écriture entière, douce, envoûtante et un brin désinvolte. Le récit est fluide et riche, Fleur Hana mène son histoire avec aisance ce qui rend la lecture facile et délectable. On se régale !! Un véritable plaisir à lire. C’est à la fois une histoire rafraîchissante et déroutante, une romance douce et pourtant intense, à la fois éclatante et émouvante. Entre la fragilité des personnages, la profondeur émotionnelle et les moments de pure intensité, Fleur Hana nous offre un petit chef d’oeuvre livresque. Ce livre rejoint mon top 3 des romans de Fleur Hana. J’ai adoré vivre une parcelle de la vie d’Adeline. De plus, l’auteur décrit avec authenticité et fragilité le quotidien de la jeune femme. Et j’ai adoré Matt. Il est… il est Matt quoi. Le personnage extraordinaire qu’on ne peut qu’aimer. Et quel plaisir de retrouver un peu de Lola et Dante, sans oublier Chris,…

C’est une véritable merveille !!! Avec cette romance, Fleur Hana a mis du soleil dans mon coeur. Et c’est encore un énorme coup de coeur pour moi 💛 💛 💛 💛 💛

Nos plus belles étincelles

◇ Titre: « Nos plus belles étincelles »

◇ Auteur: Jamie McGuire

◇ Editeur: Editions Michel Lafon

◇ Date de sortie: 28 février 2019 (disponible en numérique et broché)

On n’oublie jamais son premier amour.
Depuis qu’il a croisé son sourire mélancolique derrière l’objectif de son appareil photo deux ans plus tôt, Elliott n’a jamais cessé d’aimer Catherine. Pourtant, la même année, il a été obligé de quitter la ville, la laissant seule au moment où elle avait le plus besoin de lui…
Aujourd’hui, Elliott rentre enfin et il est bien décidé à reprendre le fil de cette histoire d’amour qu’il n’a jamais oubliée. Mais Catherine ne lui a pas pardonné son départ, et le secret qui pèse sur elle pourrait étouffer à tout jamais l’étincelle de leur amour.

* Je remercie des Editions Michel Lafon pour cet envoi.

Jamie McGuire est l’auteur de la série best-seller  » Beautiful  » pour laquelle j’avais eu un immense coup de coeur. Elle signe son retour en France avec « Nos plus belles étincelles » sa nouvelle romance. Après son coup d’éclat avec « Beautiful », il me fallait absolument découvrir ce nouveau roman. Jamie McGuire compte parmi les auteures étrangères que j’apprécie tout particulièrement et qui quand elles sortent un nouveau roman je me jette dessus sans forcément lire le résumé. Ça ne m’a pas toujours réussi, j’ai eu de grosses déceptions …

Là. j’ai lu le résumé et il m’a plu, il m’a intrigué alors voilà j’ai ouvert le livre… ma lecture a débuté tout en douceur avec Catherine et Elliott, deux enfants de 10 ans qui deviennent au fil des pages deux jeunes adolescents de 15 ans, puis deux jeunes adultes de 18 ans. On suit leur chemin de vie sur quelques années dans la petite bourgade d’Oak Creek. Les deux protagonistes sont amis. Ils vont au lac, manger des glaces… ils nouent une complicité et une amitié qui devient presque vitale pour l’un comme pour l’autre. Catherine habite Oak Creek et Elliott vient y passer tout ses étés jusqu’à la fameuse journée qui va tout changer. Cette journée avait été faite de joie, de tristesse de fin d’été, de déclaration et de promesses. Mais dès le lendemain, c’est l’enfer qui attendait Catherine à son réveil.

L’écriture de l’auteure est légère, fluide, souple et très agréable à lire. Je me suis aisément laissée seduire et emporter dans la très belle proposition de l’auteure et j’ai été charmé par la fluidité et la prestance de l’écriture. Un bonheur à lire. Plus de 450 pages dévorées en 2 soirées et je n’ai pas vu le temps tellement j’ai été happé dans ce récit à double voix. Les personnages de Catherine et d’Elliott se partage la narration pas forcément de façon équitable mais celà apporte de la force et de la fluidité au texte ainsi qu’une vision plus complète de l’intrigue. Et personnellement, la narration à double voix dans une romance c’est ce que je préfère. Et je précise que ce n’est pas une romance new adult mais plutôt young adult.

Le début est léger et timide, à travers lequel on entrevoit la naissance d’une profonde amitié entre Catherine et Elliott. À mesure que naît leur amitié, on apprivoise les pages avec tendresse et un arrière goût de notre enfance. Nous aussi, étant enfant, nous avions un ou une meilleur(e) ami(e). Vous savez celui/celle qui nous tendait la main pour nous relever, qui nous donnait un bout de son goûter pour nous consoler… on se retrouve plonger dans ces délicieux moments d’insouciance. On s’attache aux personnages principaux qu’on voit évoluer sur plusieurs années. Le duo formé par Elliott est Catherine est bouleversant et attendrissant.

Puis, ce qui commençait tout en douceur, devient de plus en plus prenant et galvanisant. D’une légère et mignonne amitié-romance entre deux adolescents on passe à quelque chose de plus troublant et oppressant. Les pages défilent et on met les pieds dans quelques choses de plus profond et d’angoissant. Une espèce d’aura malsaine plane dans le récit. On sent comme un malaise apporté essentiellement par certains personnages secondaires mais impossible de mettre le doigt dessus. L’intrigue est tellement bien menée que quand le voile tombe, on se prend une claque, on ne l’avez pas vu venir. L’auteure a bien mené sa barque et nous surprend jusqu’à la dernière page. Elle brouille les pistes, elle nous surplombe d’une ambiance électrisante, elle nous bouleverse autant qu’elle nous surprend, elle nous sort des sentiers battus de la traditionnelle romance où tout est simple, elle nous pousse dans nos retranchements, elle nous entraîne dans un univers inhabituel à la fois tendre et désaxé. Dans sa proposition, elle nous amène à voir au delà en traitant de sujets forts et déroutants qui parfois dérangent ou devant lesquels on se retrouve démuni. C’est tellement plus facile de fermer les yeux face à certaines maladies, face au mal être des gens, devant certains traumatismes, devant la souffrance. Dernière cette romance pas si légère que ça finalement, Jamie McGuire nous livre une magnifique et envoûtante histoire toute en émotions. On se laisse facilement emporter au coeur de ce récit intense. Le style est épuré et audacieux, la trame est profonde et intéressante, le tout est vraiment surprenant et captivant. À travers l’histoire de Catherine, on découvre l’enfer que peut engendrer la maladie, la dépression, la souffrance. Mais je ne vais pas vous en dire plus. Sachez que moi aussi, j’ai essayé de brouiller les pistes pour vous laisser apprécier cette histoire autant que je l’ai appréciée car franchement c’est une pure merveille !! J’ai été totalement conquise par la proposition de Jamie McGuire qui ne fait que confirmer qu’elle est une auteure de talent à suivre, à lire et relire. Alors, j’espère qu’après avoir lu mon avis, vous irez vous procurer ce livre qui a été un gros coup de coeur.

#Audrey 💋