RIDERS ☆ Tome 7 « Chevauchée Lascive »

◇ Titre: RIDERS Tome 7 « Chevauchée Lascive« 

◇ Auteur: Lorelei James

◇ Editeur: Editions Milady (coll. Romantica)

◇ Dates de sortie:

– Numérique: 21 novembre 2018

– Broché: 20 mars 2019

Dominant malgré lui…

Ancien militaire, Cameron McKay est shérif adjoint et essaie d’oublier ses blessures de guerre. Il doute qu’une femme veuille d’un homme aussi diminué que lui. Jusqu’à ce qu’il rencontre la douce et timide Domini Katzinski à la recherche d’un mâle alpha qui saura la mater jusqu’au bout de la nuit… Cam a le profil parfait : un étalon à la vulnérabilité troublante, toujours une paire de menottes dans sa poche. Rapidement, Cam laisse s’exprimer son caractère dominateur. Mais il en veut davantage et se lance dans un assaut sensuel alors qu’un drame survient risquant de faire voler en éclats leur avenir commun…

* Je remercie Stéphanie et les Éditions Milady pour ce service de presse.

 

Je suis fan de la saga Riders depuis le tout premier tome alors dès qu’un nouveau tome sort je me jette littéralement dessus et en général je ne suis pas déçue. Le 20 mars dernier est sorti en broché le tome 7 racontant l’histoire de Cameron McKay dit Cam, un des frères du clan McKay, héros de guerre. J’attendais ce tome avec impatience et je l’ai dévoré en quelques heures, commencé dans la soirée il a été terminé au milieu de la nuit. Il faut savoir que Lorelei James, l’auteure de cette saga écrit à la 3ème personne et de façon assez particulière. En général, j’ai beaucoup de mal avec la narration à la 3ème personne, ça passe ou ça casse, mais Lorelei James est une des rares auteures avec qui ça passe crème. Je suis toujours moi-même surprise de voir avec quelle intensité et quelle facilité elle me transporte dans ses histoires. La lecture de ce 7ème tome ne fait pas exception. Je me suis laissée happé dans l’univers proposé par Lorelei James et autant vous dire que j’ai été conquise. Lorelei James sait y faire, elle détient cette faculté de nous rendre complètement folles de ses personnages masculins, de nous donner extrêmement chaud, de nous toucher au plus profond de notre être. Chaque tome est pourvu d’un héros diablement sexy et bestial, de scènes érotiques endiablées et torrides et d’une trame bien écrite qui mène à une morale touchante. Une fois de plus on retrouve cette association dans ce tome et on se prend plaisir à tourner chaque page, à aller de rebondissements en rebondissements. On se délecte des nombreux passages érotiques sans se lasser, on vit chaque moment de tendresse aux cotés des personnages, on se laisse submerger par le flot d’émotions brutes qui déferlent. On lit, on vit une histoire sacrément belle et émouvante entre deux être blessés qui vont s’apprivoiser et se reconstruire ensemble et mutuellement grâce à l’amour.

J’aime les Cow-boys autant que les bikers, ils dégagent quelque chose de bestial, grrr ! Mais en commençant cette lecture je savais quelle serait différentes des autres. En effet, les héros des précédents tomes (Colby, Colt, Cash, Cord, Trevor, Kade) étaient de vrais cow-boys dans l’âme adeptes du rodéo, vivants dans un ranch… ce qui n’est pas la cas de Cameron. Il n’a jamais été fait pour cette vie. Il s’est engagé dans l’armé pour fuir sa destinée. Mais une de ses missions sur le terrain a mal tourné. D’abord porté disparu, il a été retrouvé après plusieurs jours dans un sale état. Il a perdu sa jambe et un doigt, il a été en partie défiguré et son corps porte plusieurs stigmates dû à l’accident. Ca c’est pour vous situé le personnage car l’histoire commence plusieurs années après son rapatriement sue le sol américain, dans le Wyoming, près des siens. Maintenant, Cam est policier, plus précisément chérif adjoint. Cam adore son métier même si c’est parfois difficile pour lui avec sa prothèse. Avant Cam était un dominant (du sang de cow-boy coule dans ses veines quand même), il aimait le sexe, ce n’est pas que maintenant il n’aime plus ca mais disons que c’est plus compliqué, toujours cette histoire de prothèse. Il pense que personne ne voudra d’un homme mutilé, unijambiste alors il se préserve et refuse de se laisser approcher.  Il refuse que quiconque ait pitié de lui, ni ne l’aide pas même sa famille alors il s’isole et n’a pas eu de relations depuis son accident. Il s’est éloigné de sa famille qui pourtant vit à 15km de chez lui, il repousse tout le monde s’approchant trop près de lui, y compris la jolie Domini, gérante du petit dinner du coin. Domini Katzinski est une expatriée qui n’a plus de famille, ni de repères. En plus d’être une cuisinière hors paire, Domini est une jeune femme adorable, bienveillante et très réservée qui panse elle aussi des blessures qui la meurtrissent. Le mystérieux et troublant Cameron McKay ne la laisse pas indifférente mais c’est comme-ci elle n’existait pas pour lui. Hors elle se trompe, Cam prend ses distances car Domini l’attire beaucoup trop mais … (bla bla prothèse). Sauf qu’un soir, après une soirée alcoolisée, tout dérape et c’est le début d’une chevauchée lascive entre Cam et Domini, entre une âme blessée et une âme perdue. Domini a besoin d’un mal alpha qui la domine dans un lit (et pas que, le canapé, un pan de mur, une banquette de voiture… ça passe aussi) et Cam peut lui donner ça, il aime que domini soit soumise et docile. Ils se sont bien trouvés mais chacun est d’accord pour dire que ce n’est que du sexe, certes torride mais ça s’arrête là. De corps à corps torrides à des moments de grande tendresse il n’y a qu’un pas, Domi et Cam vont l’apprendre à leur dépends quand leurs vies vont se retrouver bouleversées.

Cet opus c’est un concentré explosif et mesuré entre scènes torrides et abondance d’émotions porté par la plume brillante et chaleureuse de Lorelei James. La trame regorge d’action et d’émotion nous offrant une romance des plus savoureuses.

Pour conclure, je dirais que j’ai beaucoup apprécié ma lecture mais que ce n’est pas mon tome préféré. Cependant je reste complètement fan de cette saga et j’attend le prochain tome avec impatience. Il sera sur Keely, l’unique fille du clan McKay, la petite sœur chérie et pénible, la tornade McKay et la sortie est prévue pour le 19 juin de cette année chez Milady ( Tome 8 – Chevauchée torride).

 

 

Mon LIVRE-PARIS by Audrey – Rétrospective (2019)

Bonjour les #Dreamers, c’est #Audrey, le week-end dernier se déroulait la 39ème éditions du salon du livre de Paris (Livre-Paris). C’est un des événements les plus attendus de l’année dans le monde de l’édition, aussi bien par les auteurs que par les lecteurs, blogueurs, les éditeurs… le salon du livre c’est le rendez-vous des amoureux des livres, c’est un week-end de folie !! Auteurs, lecteurs, blogueurs, amis,… se retrouvent le temps d’un week-end qui passe toujours bien trop vite mais qui est aussi très éprouvant. On ne dort pas beaucoup donc le filtre pour les selfies est une obligation. On marche beaucoup, on court même parfois donc on oublie les talons de 10cm et on préfère les baskets mais même là on ne sent plus ses pieds et on se retrouve avec les mollets en béton d’un footballeur. Alors, on se dit que c’est le week-end parfait pour perdre 1 ou 2 kilos mais que nenni ! Si on y regarde de plus près, on mange beaucoup: les restos avec les copines, les soirées des ME partenaires, les petits dej chez les éditeurs, les apéros, les bonbons et petits gâteaux sur les stands des auteurs… bref, tu as compris que tu dois éviter ta balance quelques jours après le salon. Mais surtout, surtout ce salon c’est un feu d’artifice d’émotions. Tu rencontres tes auteurs préférés à rester gaga devant eux (n’est ce pas #Charlie), tu retrouves tes copines et ça c’est vraiment extra, tu souris sans cesse à te bloquer les zygomatiques et avoir l’air d’une psychopathe, tu ris aux éclats à te faire pipi dessus et parfois tu pleures mais de joie je te rassure. Voilà, le salon du Livre c’est à peu près ça et cette année, cerise sur le gâteau, il semblerait que plusieurs personnes m’y ont vu alors je vais devoir remettre les choses au clair (une nouvelle fois): ce n’était pas moi !! J’aurais hérité d’un double maléfique donc je ne suis en rien responsable de ses agissements, des dires, ses coups de folies…

Bref, revenons au Salon du Livre. Alors …

– Hey !! Stop !!

– Pardon !! Mais…

– Chutt ! Je me présente, je suis le fameux double 😈 Bonjour, bonjour !! C’est moi qui prend le relais tu permets

– Mais non, je ne perm…

– T’y étais pas au salon donc tu ne sais même pas de quoi tu parles.

– Mais si !

– bla bla bla bla bla…

– ok ok. Vas-y, le blog est à toi.

– ah bah voilà !

Donc le salon du livre c’est d’enfer !! Et je sais de quoi je parle, MOI j’y étais avec mon super chac (sac-chat) ! Et je vais vous raconter ça…

Je suis arrivée à Paris, Vendredi vers 12h15 et sur le salon vers 13h et la première chose que j’ai faite c’est manger. Oui avant même de mettre un pied dans l’antre du diable livresque ( soit le salon. Vous comprendrez pourquoi c’est l’antre du diable plus tard) j’ai rejoint #Charlie et une très bonne amie (maman louve) pour aller manger. L’autre Audrey avait raison pour la bouffe. Bref, il est 14h30 quand je passe les portes du salon et à partir de là tout n’est que frénésie, sourire, cris, brouha, bref beaucoup de monde, de bruit, une chaleur étouffante, une euphorie ambiante et une ambiance de dingue. Dans l’enceinte du salon, on ne voit pas le temps passer et on a le temps de rien. J’ai filé de stands en stands, à travers les allées bondées de monde, vers l’infini et au delà. L’après-midi du vendredi est passée à une vitesse folle. J’ai fait des câlins, des bisous, des échanges de goodies… toujours accompagné de mes comparses de resto « au menu du jour quasi imposé mais non nous on veut des hot-dogs ». Aux détours des couloirs, on passe chez Les Plumes du Web ou mon « chac » a eu du succès et m’a chatte (mon sac chatte – oui car quand y a du rose c’est une fille) s’est faite caresser, Black Ink, Elixyria, Erato, Butterfly, See, Cyplog, Hugo,… et je passe voir notre partenaire adorée, auteure talentueuse et femme au grand coeur, j’ai nommé Blandine P. Martin avec qui je passe toujours un excellent moment. Elle est accessible, adorable et drôle, en plus elle a des Schokobons et elle m’a offert des M&M’s Wild Crows que je n’ose même pas manger. Vers 16h j’ai retrouvé mon cookie sans qui je n’aurais pas été présente sur le salon cette année (encore un immense Merci). Mon cookie c’est Shirley LB (auteure de Soul on Fire chez Black ink Éditions et de Pour t’avoir et T’aimer après tout aux Editions Harlequin). À partir de là, en plus de ma casquette de lectrice-blogueuse, j’ai revêtu celle d’assistante personnelle-cooky-sitter. Que du bonheur !! Je m’assure que Shirley est bien à l’heure à sa dédicace avec l’aide de petit oreo (renommée Horloge parlante à ce moment là) puis qu’elle ne meure ni de faim, ni de soif (il peut s’en passer des choses en 2h avec Shirley). Je vais m’acheter le nouveau bébé de Manon Donaldson S.W.A.T et rencontre enfin la québécoise, maman des Steel Brothers qui a perdu sa virginité de plein de choses (premier vol en avion, premier salon, premier séjour en France et première rencontre avec moi et ça c’est la classe lol). Après ça, je continue de virevolter où le vent livresque me porte: une brève rencontre avec Sophie Jomain, moi assise par terre cherchant je ne sais quoi dans un de mes nombreux sacs, elle resplendissante comme toujours. La vie est injuste lol. Quelques achats sont faits et Ana K. Anderson, Lou Marceau me tombent dessus pour mon plus grand plaisir bien sûr. Ensuite, retrouvailles avec mon amie Miss Hl’s sur le stand Elixyria. Que d’émotions de la revoir et de découvrir en vrai, en papier, son second roman So Me pour lequel j’ai été bêta-lectrice. Quel plaisir de revoir Nath, elle aussi bêta, une femme fantastique que j’apprécie énormément et qui est devenue une amie. Une aprem extra mais le salon s’apprête à fermer ses portes. Oh mais tient, il n’est pas l’heure de manger ? … Ah bah si, rebelote resto en excellente compagnie: Charlie, Nathalie, Miss Hl’s, Nath, Sarah et Shirley dans une ambiance chaleureuse et sympathique avec pour inaugurer dignement ce week-end de dingue, un mojito et une pensée pour notre #Sophia, restée à la maison #LsR pour s’occuper des #SexyEscorts. (Vivement notre mojito ensemble mon chaton).

Allez, Bonne nuit. Je ne vous dirais pas qu’on a parlé beaucoup, ri beaucoup aussi et refait le monde… dans notre appart-hôtel jusqu’à passé 3h du matin. Non non… ce contenu est privé et le restera, ça vaut mieux.

Je vous passe bien sûr le reveil avec la tête dans le pâté après 3h de sommeil, la douche, le ravalement de façade qui n’a d’ailleurs servi à rien… et je passe directement au salon en même temps vous êtes là pour ça et pas pour apprendre que mon gel douche est à la lavande et que j’ai bu un jus d’orange. On est d’accord, ça vous vous en fouttez comme de votre premier string.

Bref, le samedi au salon c’est la folie !! À 10h pétantes j’y étais au taquet prête à affronter le monde, la chaleur, les dragons ah non je m’égare là… ça a duré une heure, après mes jambes avaient du mal à me traîner. Je suis allée à la dédicace de Fleur Hana de laquelle je suis ressortie pleine de confettis et avec le smile. En plus j’ai vu ma bibiche Emeline. Une fois, mon graal en poche (Avec toi, m’envoler en double exemplaire svp) j’ai virevolté dans les allée de cet essaim géant. J’ai fait ma Shirley et je me suis perdue mais chutt, faut pas lui dire. Au bout de 30 minutes, j’ai vaincu le labyrinthe et j’ai retrouvé mon chemin vers Shirley et Sarah qui m’attendaient. Ces quelques minutes d’errance m’ont tout de même permises de croiser Charlene Kobel et Léane Morton avec qui j’apprécie toujours de passer un moment. Et c’est après ça que j’ai enfin retrouvé mon cookie et …et… Lindsey T que j’avais loupé l’année dernière. La patronne de l’organisation était une des rencontres à ne pas louper cette année et quelle rencontre ! Une nana extra ! Ensuite, j’ai revu ma petite magounette (grande par la taille et le coeur) alias Magali Inguimbert qui vous réserve des suprises à venir. Ça va déchirer !! 10, 20, … 100,… pas après (comment j’arrive encore à avancer ?) Bref, c’est l’heure de manger (encore) et de rejoindre Oly TL. Cette fois-ci le resto est italien, au menu lasagnes et tiramisu. Un fort agréable moment, tranquillement posé à papoter de tout et de rien. Un bonheur ! 14h sonnent et c’est le retour au salon, je ne sais plus qui j’ai vu après ça, beaucoup trop de monde (Delinda Dane, Chrys Galia, Callie J. Deroy, Soleano Rodrigues, Debbie Robin, Virginie Paire, Twiny, Jessica, Morgane Moncomble, Oren Miller/Lucie Castel qui allait au WC (désolée), Audrey Dumont, Iris Julliard, Siobhan Gabrielly, Sophie S. Pierucci, Gwen delmas, Audrey Grill …) désolée pour ceux que j’oublie, j’ai perdue mes pieds et ma tête quelques part dans ce dédale de moquette bleue immonde qu’est le salon. Mais j’ai quand même réussi à louper Laurie Delphis et Marie HJ. Je suis triste mais je me dis que ce n’est que partie remise. J’ai revu avec plaisir quelques copines blogueuses: Maria (Les lectures de Maria), Carine et Soumya (Les étoiles des bibliothèques), Marilyn ( Frénésie Livresque), Lixia (Au coeur d’une passion), Mélody (by méli mélo). Cette aprem est passée beaucoup mais alors beaucoup trop vite. Il est l’heure de dire au revoir à Nathalie (ma maman louve) et à ma chérie Charlie (le temps de 3 semaines). Après avoir récupéré ma précommande chez Juno Publishing, je dis aussi au revoir au salon pour aujourd’hui car il est temps de rentrer à l’hôtel afin de se préparer pour la soirée Black ink.

20h30: les portes du « Paris Clandestin » s’ouvrent nous laissant découvrir un endroit atypique. Nous nous engouffrons dans des caves souterraines chaleureusement réaménagées en bar. Une ambiance feutrée et mystérieuse. Notre but, après une longue journée, trouver un endroit où poser nos fesses et boire un verre entre nanas. Un canapé, des poufs, des mojitos, des petites verrines, quelques bricoles à grignoter, les copines et voilà que la soirée commence. Et on se refait un concerto de bla bla et de rires à en pleurer… les copines défilent (Ludivine Delaune, Lily Pink, ma Meli d’amour, Vivi, Tina, Agnès, Shelby…) et la soirée est agréable. Nos héros chouchous black ink se voient décerner des awards lors d’une cérémonie informelle, des cadeaux sont gagnés, des mignardises sont dégustées, des verres sont vidés (et posés sur notre table, le serveur a dû penser qu’à nous 5 on avait vidé le stock d’alcool mais c’était pas nous promis). En somme, une soirée super sympa avec les copines: Anonymous-Shirley, Miss Hl’s, Nath (qui a protégé notre butin) et Sarah (propriétaire d’un nouveau mug) ! Mais la fatigue aidant, à 2h30 du mat, nous décidons de rentrer et d’aller nous coucher. Kapten est mon ami et nous reconduit à bon port. Je me souviens avoir poser ma tête sur l’oreiller et… le trou noir jusqu’à 8h.

C’est pour moi (et pour beaucoup) le dernier jour au salon et peut-être le plus éprouvant. J’ai dormi à peine 5h (et 3 la nuit précédente) autant vous dire que je ne suis pas fraîche mais j’ai la pêche et je compte bien profiter de ce dernier jour. On est tous fatigués mais on tient encore debout par je ne sais quel miracle. Et le dimanche au salon c’est comme à la maison ou presque, c’est cool. On a refait nos valises avec du mal car l’antre du diable nous a eu (tous sans exception). Au départ, on avait une liste d’achats et puis la liste à disparue et on a fait flamber la carte bancaire, le chéquier tout. On sait que dès mardi, on aura un appel du banquier mais pour l’heure on s’en tape royalement. 11h: Je dis au revoir à mon cookie avec quelques larmes retenues et je file prendre un petit déjeuner (oui à 11h). Je vous avez dit qu’au salon on bouffe en permanence et puis après le choc émotionnel de quitter mon cookie j’avais besoin de ma dose de réconfort, à savoir du chocolat (mais non pas un mojito à 11h). Je me pointe vers midi au salon et là l’ambiance est vraiment différente. Ca sent déjà la fin. Je retrouve sur le stand des Éditions Addictives, Carole, Marie Meyer, Lil Evans, Ana K. Anderson et je fais quelques derniers achats, comme si j’en avais pas déjà assez ( cf. antre du mal). Un dernier câlin à ma chérie Belge, Miss hl’s et à Nath (Belge aussi), et me voilà en route, direction la gare du Nord où je retrouve Monsieur Julien Lazarro (les garçons de chambre ça vous parle ? Et bein, c’est lui) pour boire un café avant de rentrer chez moi. Voilà, c’est le moment de reprendre de train… 50 minutes plus tard, j’arrive à Arras dans les Hauts-de-France. Sur le quai m’attendent mes enfants alors je range ma casquette de lectrice-blogueuse avec une pointe de tristesse mais avec des étoiles plein les yeux et je remets celle de maman avec plaisir. De ce week-end je garderais une tonnes de souvenirs mémorables et indélébiles, vos sourires, nos éclats de rire, la générosité et la bienveillance de certains. J’y penserais souvent et j’imagine déjà mon sourire se dessiner et mes yeux briller d’émotions à l’évocation de ce week-end. C’est de l’amour en barre, un flot d’émotions brutes sur quelques jours !!! Ca fatigue mais ca revigore aussi, allez comprendre, c’est la magie de Livre-Paris. J’ai bien sûr les regrets de ne pas avoir vu untel ou untel mais ce ne sont que des actes manqués, un jour…

Mon album photos:

(Ma chatte-chac)

#Audrey, le double 💋

[ * PS: Je m’excuse par avance auprès des personnes que j’ai oublié de citer. Ce qui se passe au SdL et dans ses alentours reste au SdL… 😘 ]

Le salon Livre-Paris vous donne rdv l’année prochaine. Est ce que j’y serai ? L’avenir nous le dira…

« Bad Romance – Tome 1 » par Céline Mancellon

Pour moi, cette lecture était en réalité une relecture, car je me suis replonger dans le format Poche de cette base de la romance.

Je me souviens de ma première lecture, j’ai été subjugué par le récit, les doubles voix style que je découvrais pour la première fois à l’époque, et ce côté sombre.

Ce roman a marqué un tournant dans ma manière de lire, une puissance dégagée qui se ressent encore plus à cette deuxième lecture.

J’aime par dessus tout le personnage de Kate, une femme forte que personne ne peut briser. A 17 ans, elle a vécu et survécu d’horribles choses, voir même le pire. Al’aube de sa majorité, elle se retrouve dans un nouveau tournant de sa vie. Chris est une vraie tentation mais il se refuse à elle sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Sa soeur refait surface après une longue absence, tout comme d’autres membres de sa famille.

Un quotidien partagé entre plusieurs travails pour surbvenir à ses besoins mais aussi les cours au lycée pour décrocher son diplôme.

Cette femme force le respect.

De l’autre côté, on découvre Chris, le « chien enragé » d’un parrain de la Mafia russe. Obligé de trempé dans les affaires de son boss afin de garantir la sécurité de sa famille, la violence et les excès sont le pain quotidien. L’arrivée de Kate dans sa vie va tout chamboulé et le pousser dans ses retranchements. Son comportement déroutant nous turlupine jusqu’à la découverte du véritable problème.

C’est le seul point qui me dérange dans cette histoire. Le problème de Chris est survolé, on passe au dessus sans comprendre. On le décèle puis il s’envole. C’est tellement dommage, Il mériterai d’avoir un chapitre à lui à pour ce moment difficile, qu’on ait son point de vue pour comprendre ce qu’il ressent, le vivre avec lui.

Ce livre est juste magnifique, pour ceux qui aime le côté sombre des histoires, à la limite de la Dark Romance, même si je pense honnêtement qu’on l’on pourrait la faire rentrer dans cette catégorie. 

Une plume qui vous transporte dans l’histoire, et j’ai même eu la chance de l’écouter en Audiolivre, et l’interprétation m’a permise dans me laisser encore plus captiver par le talent de l’auteure.

Je ne sais pas vous, si vous l’avez lu où pas, mais pour moi, c’est un des livres précurseurs de l’univers de la New Romance et de la Dark Romance, à mi-chemin entre les deux, de quoi créer une merveille. 

« BAD ROMANCE : Coeurs Imprudents » de Céline Mancellon

Et de 3. Un final qui vaut le détour même s’il ne détrône pas le Tome 2 dans mon coeur.

Ici, c’est l’histoire de Juliette, la petite dernière des Parson Bell, que l’on a quitté dans le Tome 1 en train de s’engager dans un noviciat.

Grâce à Jamie, sur premier amour, elle renonce à effectuer ce parcours pour devenir nonne.

Heureusement car cela aurait été du gâchis, pour une si fraîche et si jeune femme. Mais cette douce fleur innocente se met en tête de sauver l’âme de Don, le président intérimaire des Black Angels. Mais ce n’est pas gagné. Car Don n’a pas envie de changer, et le profil de Juliette n’est pas du tout ce a quoi il aspire.

Avec détermination et persévérance, Juliette entame donc un long chemin semé d’embûches.

Une histoire qui m’a fait sourire tout le long. L’innocence de Juliette face aux envies crues de Don. De nombreux sous entendus pris de manières si naïves, de quoi égayer le thème sombre de la vie en gang, surtout lorsque l’on voit l’organisation du club de l’intérieur.

Beaucoup d’humour dans cette trilogie, un point fort de l’écriture de Céline Mancellon qui rend le livre accessible à tout le monde. Une écriture qui vous donne encore envie d’en connaître plus, de connaître la vie d’autres membres du club. A la fin du tome précédent, je voulais un tome sur Dany. A la fin de celui ci, je n’en aimerais aussi un sur Law. Tous les personnages sont attachants, on a envie d’une fin heureuse pour tout ce petit monde auquel on s’est attaché.

Je ne sais plus trop quoi vous dire sur cette trilogie après avoir blablater sur 3 Tomes, mais je ne peux que vous la conseiller si ce n’est pas déjà fait.

« BAD ROMANCE : Coeurs Indociles » par Céline Mancellon

2ème volet de la Saga BAD ROMANCE qui est de loin mon préféré des 3. L’histoire de Charlène surnommé Charlie (tiens ca me rappelle quelqu’un 😁), fille du chef des Black Angel, et de Logan, son voisin. Une perte de mémoire à la suite d’un événement traumatisant pollue la vie de Charlie depuis ses 8 ans. Mais cette dernière, qui ne voulait pas qu’on lui raconte ce qu’il s’était passé, se retrouve confronté à son ignorance, qui devient pesante lors d’un stage au sein de l’entreprise de cascadeurs de Logan. Tout le monde est lié à cet événement dont Charlie ne se souvient pas, surtout Ray, qui lui voue une haine sans nom, sans qu’elle ait la moindre idée de la raison.

Dans ce livre, on navigue en eaux troubles. Charlie ne sait rien, mais le lecteur n’en apprend pas plus du côté du secret et énigmatique Logan. Une seule certitude, le désir qui lie nos deux personnages. Ce désir qui me donne envie de les secouer, car chacun aime l’autre en secret sans oser s’en approcher de trop près. Grrrrr, la vie est bien trop courte, on a envie de leur mettre un bon coup de pied au cul pour qu’ils osent enfin affronter leurs sentiments.

Même si je comprends que le secret soit une barrière pour Logan, qui sait lui.

Mais le dénouement est juste magistral. la manière dont chacun surmonte ses problèmes et ses angoisses m’a ravie. J’ai aimé cette histoire de la première ligne à la dernière, à telle point que j’en redemanderai. J’aime avoir quelques chapitres à la fin du livre sur ce que deviennent les personnages, mais ils ne sont jamais assez nombreux hélas. On les suit dans leur histoire et on a que quelques lignes de bonheur à la fin. Mais bon, c’est le jeu, on est obligé de quitter les personnages à un moment ou à un autre.

Mon envie pour cette histoire, serait de connaître ce que devient le petit Dany, une histoire qui pourrait être très intéressante. Mais bon, je n’ai pas le pouvoir de commander les suites alors je vais e contenter de lire le Tome 3.

RIDERS ~ Chevauchée Vibrante

Titre: RIDERS ~ Chevauchée Vibrante (Tome 6)

Auteur: Lorelei James

Editeur: Milady ( Coll. Romantica)

Date de sortie: 25 avril 2018

Disponibilités: broché et numérique


India a vaincu sa dépendance à l’alcool et passe presque tout son temps libre en compagnie de son meilleur ami, Colt McKay, un cow-boy fier et sobre depuis trois ans. Mais celui-ci commence à comprendre que maîtriser son addiction à la boisson n’est rien comparé à son désir grandissant pour sa meilleure amie au tempérament de braise… L’amitié qui leur a permis de surmonter leur passé va être mise à l’épreuve par une addiction toute nouvelle : celle qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

* Je remercie les éditions Milady pour l’envoi de ce service de presse.

Youhou !!! Me voici de retour chez les cowboys et mieux encore chez les frères McKay. Depuis le premier tome, je suis accro à cette saga. Je trouve que l’auteur parvient à se renouveler à chaque tome et à nous proposer une histoire différente à chaque fois tout en gardant un fil conducteur autour de cette famille de Cowboys sexy.

Pour cette 6ème chevauchée, les lectrices partent avec Colt McKay alors attachez vos culottes mesdames car ça va être intense et torride.

Colt c’est le vilain petit canard de la famille McKay. Ses frères et son père ne lui font pas confiance. Pour eux, il ne fait jamais les choses correctement, il faut constamment le surveiller de peur qu’il ne replonge … Mais Colt en a terminer avec son addiction. Il est sobre depuis 3 ans grâce au soutien de son amie India et des alcooliques anonymes. Il a repris le cours de sa vie après sa chute aux enfer. Le chemin parcouru fût long et pénible mais il n’est à côté de l’attraction qu’il éprouve pour India et qu’il tente de refoulée. Il désire sa meilleure amie comme il n’a jamais désiré une femme et voilà un moment qu’il n’a pas touché une femme. Grâce à India, il a vaincu ses démons. Colt est devenu un autre homme et ne veut pas mettre son amitié en péril alors il se résigne. Mais quand India a un rencard avec son cousin, il est jaloux, quand India ne répond pas au téléphone, il s’inquiète, quand India l’embrasse, il s’embrase. Je crois bien que Colt est foutu !! Alors va-t-il succomber à son désir pour India ou vaincre cette nouvelle addiction ?

Je vous entends crier « succombe » !! Il est vrai qu’Oscar Wilde a dit que « Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder. » Et je vous l’avoue, ce cher Colt va y céder et bien plus d’une fois. Et ça va être torride !!

Comme à son habitude Lorelei James nous offre des scènes érotiques sensuelles et caniculaires qui ont faites surchauffer mon cerveau, vibrer mon corps et qui ont incendié ma culotte. Les corps à corps de Colt et India sont explosifs à l’image de leur duo. Mais outre, cet aspect voluptueux et suave dont on se délecte, ce roman est profond. Les personnages m’ont donné chaud mais ils m’ont également profondément touché. Colt a reussi a faire fasse à son addiction mais sa famille ne cesse de lui balancer ses fautes à la tronche. Mais Colt a bien changer. Sa période serial baiseur alcoolisé est bel et bien derrière lui. Son avenir, il le voit avec India. C’est une très belle histoire dans laquelle je me suis facilement plongée et ce malgré la narration à la 3eme personne. En général ça passe ou ça casse mais avec Lorelei James ca passe comme une lettre à la poste. J’apprécie son écriture qui nous emporte dans son univers. Et quel univers !! La serie Riders est ma série préférée sur les Cowboys. L’auteur a réussi à me rendre accro à la chevauchée avec des cowboys. C’est une série brûlante, endiablée et riche en émotions.

Après sans vous mentir, ce n’est pas mon tome préféré de la série Riders mais il degage cependant beaucoup de belles emotions. Il est dans la continuité des tomes précédemment et à la fois diffèrent. L’auteur touche à un sujet pas facile mais elle le fait bien. C’est très plaisant à lire. De plus, c’est toujours un plaisir d’avoir des petites nouvelles du reste de la tribu McKay: Colby, Cord, Kade….

Maintenant, j’ai hâte de découvrir le 7ème volet avec Cameron qui est assez présent dans ce tome et qui m’intrigue. Je suis prête à chausser mes santiags et une nouvelle culotte pour partir à l’assaut de Cameron. Hi ha !!

*** info ***

Le tome 7 de la saga Riders de Lorelei James sortira en France le 21 novembre 2018 chez Milady. Ce 7ème opus intitulé « Chevauchée lascive » sera sur Cameron, l’ancien militaire torturé.

Ancien militaire, Cameron McKay est shérif adjoint et essaie d’oublier ses blessures de guerre. Il doute qu’une femme veuille d’un homme aussi diminué que lui. Jusqu’à ce qu’il rencontre la douce et timide Domini Katzinski à la recherche d’un mâle alpha qui saura la mater jusqu’au bout de la nuit… Cam a le profil parfait : un étalon à la vulnérabilité troublante, toujours une paire de menottes dans sa poche. Rapidement, Cam laisse s’exprimer son caractère dominateur. Mais il en veut davantage et se lance dans un assaut sensuel alors qu’un drame survient risquant de faire voler en éclats leur avenir commun…

***Précommande Amazon***

WITH YOU

Titre: With you

  • Auteur: Amélie C. Astier (Amheliie) et Mary Matthews (Maryrhage)
  • Editeur: Milady
  • Date de sortie: 21 mars 2018

Il y a quatorze ans, les vies de Reagan et de Vic se sont liées à jamais. Ils ont été kidnappés et séquestrés durant leur adolescence. Ensemble, ils ont vécu le pire, et en secret, ils se sont aimés malgré leur calvaire. Mais une fois que leur captivité a pris fin, la vie les a séparés.

Aujourd’hui, alors que la justice s’apprête à être rendue, leurs chemins vont se croiser de nouveau. Ils ont changé, et les stigmates de plusieurs années de souffrance ont forgé leurs existences. Lorsque le présent les replonge dans ce passé de cauchemar, Reagan et Vic vont découvrir que les blessures infligées à cet amour sont loin d’être refermées.

*Merci aux éditions Milady pour cette lecture.

Reagan et Vic étaient très liés durant leurs adolescences. Ils ont vécus le même enfer, enlevés à leurs familles, séquestrés et maltraités. Ils étaient un soutien l’un pour l’autre durant ces longues années de captivité. Ils se sont même aimés comme des amis puis comme des amants. Mais une fois libérés, leurs chemins se sont séparés.

Voilà plusieurs années qu’ils ne se sont pas vu. Ils se retrouvent lors du procès de leur bourreau. Un moment tant attendu et à la fois tant redouté. Ce monstre doit payer mais qu’il va être difficile de devoir l’affronter de nouveau. Alors qu’ils pensaient leurs blessures refermées, ils sont de nouveau replonger en enfer et doivent de nouveaux affronter cette douleur qui ne les laissera jamais en paix. Alors qu’ils pensaient avoir tourné la page de leur amour d’adolescent, ils sont rattrapés par leurs sentiments.

Pour nous narrer cette histoire, les auteurs oscillent entre passé et présent. Ainsi des chapitres se situent au moment du procès, dans le présent soit plusieurs années après les faits. Et d’autres chapitres relatent les événements s’étant déroulés lors de la séquestration des jeunes gens. De mêmes que les personnages se partagent la narration. Nous avons les points de vue de Vic comme ceux de Reagan. J’ai beaucoup apprécié cet optique et l’ensemble est rondement et divinement bien mis en scène. Je tire mon chapeau au duo de plume pour cela. Elles ont créé un univers absolument transcendant avec de la profondeur, du réalisme, de l’intensité et tellement d’émotions.

Voilà longtemps qu’une lecture ne m’avait pas brisé le cœur. C’est une lecture avec laquelle j’ai littéralement fusionnée et qui m’a emportée très loin.

Voilà longtemps que je n’avais pas pleuré au point de devoir poser le livre et reprendre mon souffle, au point de sentir mon cœur se serrer si fort que ça m’en faisait presque mal. Une lecture qui m’a fait trembler et suffoquer de douleur.

Voilà longtemps que je n’ai pas eu envie de crier, de me revolter et de réécrire toute l’histoire, parce que c’est trop… à fois trop magnifique, trop intense, trop triste, trop réaliste, trop bien ficelé, trop douloureux, trop cohérent, trop trop tout…

Je n’ai pas de mots assez forts pour décrire à sa juste valeur ce roman. Ce merveilleux roman !! L’histoire de Reagan et Vic est bouleversante, poignante et d’une profondeur hors norme. Elle est aussi violente. Ce n’est pas une lecture facile. C’est une Dark et une vraie dark.

Des enfants, adolescents comme Vic et Reagan il en existent des centaines à travers le monde. Cette histoire retrace une partie réaliste de l’enfer vécue par ces êtres humains. Alors oui cette histoire et fictive, mais on sait que ça existe. Que l’horreur existe. On se prend cette réalité en pleine figure et ce n’est pas évident à lire. Mon coeur s’est soulevé plusieurs fois, la nausée jamais loin. Pourtant, j’ai dévoré ce livre. Il me faisait mal mais je ne pouvais pas arrêter de lire, c’est comme si j’étais envoûtée. Je l’ai posé plusieurs fois pour sécher mes larmes, pour respirer mais j’y revenais toujours. Je voulais être là pour eux. Leur dire que tout irait bien, qu’ils allaient s’en sortir. C’est une fiction et pourtant je me sentais si impuissante.

J’ai pleuré pour Reagan. Ses démons intérieurs, sa douleur étaient si profonds et intensément narrés que j’ai eu l’impression de les ressentir. J’aurai voulu les absorber pour qu’il ne souffre plus. J’ai souffert avec Vic. Sa détresse, sa douleur et comme pour Reagan, je priais pour que son enfer s’arrête.

Les passages au moment des faits ont été un calvaire à lire. Les passages au moment du procès peut-être moins difficiles. Mais Reagan et Vic auront malmené mon coeur. Autant qu’ils l’ont été.

Et à travers l’enfer, Amélie et Mary sont parvenues à dépeindre une sublime histoire d’amour. Wouah !!! C’est une tuerie !!

Si je devais vous convaincre de lire ce livre, je dirais qu’il ne faut pas vous arrêter sur la violence et l’horreur de l’histoire, mais plus à l’histoire d’amour qui nous inonde de sa sincérité et de sa beauté, qu’il faut s’attarder sur la façon dont parfois les destins tragiques se tissent, que de la noirceur peut naître l’espoir et l’amour, que derrière le noir, il y a la lumière. Je vous dirais que chaque mot à lire est intense, douloureux, puissant, et que cette histoire retourne les tripes et le cœur, et que même une fois le livre refermé, je pleure encore.

Est-ce que c’est un coup de cœur ? Oui, parce que c’est une histoire qu’on porte longtemps en soi, qui marque de façon indélébile nos coeurs, qui reste en tête, qui s’accroche à notre âme et qui nous hantera même une fois terminée.

DARK DESIRES ~ Tome 2: Undesirable

Titre: « Undesirable » ~ Dark Desires ( Tome 2 + Tome bonus 2.5 « Weak spot » )

Auteur: Zara Cox

Editeur: Milady / Collection Romantica

Date de sortie: 21 mars 2018

Attention, jeu dangereux…

Axel Rutherford est le mouton noir de sa famille. Il a du mal à voir en son père un modèle. Et pour cause, le chef du clan Rutherford est un homme tyrannique qui ne l’a jamais aimé. Sa vie en demi-teinte est bouleversée le jour où il rencontre la lumineuse Cleo McCarthy. Hélas, le père d’Axel a d’autres projets pour son fils, et Cleo n’en fait pas partie. En un claquement de doigts, il fait voler en éclats la tendre idylle, et la jeune femme n’est bientôt plus qu’un pion sur l’échiquier d’un jeu dangereux. Elle doit redoubler de prudence, car elle a une autre vie que la sienne à protéger. Mais Axel n’a pas dit son dernier mot, et l’heure des règlements de compte a sonné.

( * BONUS: Retrouvez la suite des aventures de Quinn et Elly dans la novella Weak spot )

 

* Merci aux Éditions Milady pour l’envoi de ce service de presse.

Ce second tome de la série Dark Desires met en scène Axel Rutherford, un ami de Quinn, aperçu dans le tome précédent. Les 2 histoires se chevauchent mais pour avoir lu les 2, elles peuvent se lire indépendamment l’une de l’autre même si selon moi il est préférable de lire les 2 à la suite.

Axel Rutherford est un homme riche et puissant qui a tout pour être heureux. Enfin presque tout. Il est propriétaire de plusieurs établissements du club branché au resto en vogue à New York et ailleurs. Il collectionne les conquêtes qui se bousculent pour une nuit avec le bel et séduisant Alex. Charismatique, puissant, ténébreux, inaccessible et riche, Alex Rutherford est un beau parti.

Alex a du se battre pour en arriver là. Pourtant issu d’une famille fortunée, il n’a pu compter que sur lui même pour gravir les échelons. Son père est un homme très puissant et tyrannique avec lequel il ne s’entend pas. C’est même la guère froide entre les 2 hommes depuis plusieurs années.

Dans l’ombre, Axel prépare sa vengeance contre l’homme qui a détruit sa vie. Il touche au but quand ses plans et sa vie se retrouvent boulversés avec la réapparition d’un fantôme du passé. Cléopâtra McCarthy, son premier et grand amour est de retour. Mais cette nouvelle Cleo n’a plus rien d’innocent et de pur. Elle va mettre à mal les nerfs et la patience du bel Axel.

Cleo est revenue dans un but bien précis. Ça lui coûte de revoir cet homme qu’elle a aimé et qui est à l’origine de l’enfer qu’elle a vécu mais elle a été missionnée par le diable en personne pour raisonner le vilain petit canard qu’est Axel. On ne refuse rien au diable sans y risquer sa vie et Cléo qui vit avec le diable en a déjà fait les frais. Elle n’a pas le choix d’obéir au doigt et à l’œil à cet homme vil, manipulateur, brutal et orgueilleux, elle a une personne à protéger.

L’histoire d’Axel et Cleo est assez sombre mais cependant originale et surtout très addictive. Je dois dire que j’ai préféré ce second opus au premier. L’attirance entre les personnages, leur lien passé, leur histoire… tout est bien amené et travaillé par l’auteur qui nous happe et nous inonde d’informations au compte goutte tout en nous tenant en haleine. Avec le choix de la double narration et l’insertion de flashbacks, l’auteur nous offre une dimension attrayante et réellement captivante qui permet au lecteur de se sentir complètement transporté dans l’univers d’undesirable. C’est diffèrent du premier, j’ai trouvé les personnages plus touchants, moins distants. De plus, l’écriture est fluide et emporte le lecteur très facilement. Ca devient de plus en plus addictif. Sans compter l’attachement que l’on ressent assez vite et assez facilement pour Axel qui se révèle être un homme blessé qu’on a tout simplement envie d’aimer. Ses intentions sont louables et on ne peut qu’approuver sa motivation à détruire le clan Rutherford.  La sympathie pour Cleo arrive plus tard. On apprend à la découvrir et c’est là ou l’auteur nous surprend car au début je me demandais pourquoi elle était revenue, puis je l’ai détestée et j’ai fini par la voir, par la comprendre. Elle aussi est juste une biche apeurée, prise au piège des phares d’un semi-remorque. Au fil des pages, elle va s’abandonner à Axel nous offrant des scènes érotiques torrides et explosives, à la fois charnelles, sensuelles et révélatrices de la passion qui unit Axel et Cleo depuis le premier jour.

 

Zara Cox nous offre une histoire pleine d’audace et de charme, une romance sensuelle et addictive dans laquelle il est question de vengeance et de règlement de compte dans l’univers mafieux. Ca s’apparente quelque peu à une romance à suspense mais avec un coté voluptueux et envoutant. C’est une danse brute, langoureuse et saccadée, tel un tango, entre des personnages principaux qui luttent contre leurs émotions, qui s’affrontent et qui s’abandonnent à la passion. Elle nous happe dans une romance tout en félicité, dans un récit abouti, original et surprenant que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

 

 

 

PORN STAR

Titre: PORN STAR ~ Dark Desires Tome 1

Auteur: Zara Cox

Editeur: Milady / Collection Romantica

Date de sortie et disponibilité: 21 février 2018 en broché et numérique

À vingt-huit ans, Quinn a un charme irrésistible et il est multimillionnaire. Il aime les femmes, le sexe et l’argent. Tout lui réussit, ou presque. Quinn est persuadé qu’il ne passera pas la trentaine. Le jour, il est à la tête d’une entreprise, et la nuit, sous un autre nom, il est producteur de films pornos.

Elly n’attend plus grand-chose de l’avenir. On l’appelle Lucky, même si la chance ne lui a jamais souri. Sa vie est bouleversée quand elle rencontre le mystérieux Q. Malgré leur relation particulière, cet homme lui redonne goût à la vie. Avec lui, elle se sent capable de s’abandonner. Mais peut-elle vraiment laisser libre cours à la passion que lui inspire un homme dont les jours sont comptés ?

#Extrait:

« Chaque fois que j’entends votre voix, chaque fois que vous posez votre regard sur moi, il me prend comme une folle envie de vous arracher ces vêtements qui cachent votre corps magnifique. Si vous saviez tout ce que je rêve de vous faire… »

* Je remercie les Editions Milady pour l’envoi de ce service de presse qui inaugure notre récent partenariat.

Elly est une jeune femme que la vie a détruite. Lucky de son surnom n’a jamais eu de chance. Sa mère et morte et son père… son père c’est compliqué. Elle n’a même pas 25 ans, et elle ne croit plus en l’avenir, elle n’espère plus rien des gens et de la vie en général. Mais Elly a un secret à protéger au péril de sa vie. Elle est en fuite et s’est refugiée à New York où elle s’évertue à se fondre dans la masse. Elle loge dans un motel miteux, travaille dans les cuisine d’une grande entreprise et prie chaque jour pour ne pas être retrouvée. Sa vie et celle de ses proches sont en danger. Un jour, elle répond à une petite annonce pour le moins étrange.

Derrière cette annonce, se cache le mystérieux Q, producteur de films pornos. Il propose à Elly un marché peu conventionnel contre une grosse somme d’argent. D’abord hésitante, Elly accepte ce marché qui pourrait la sortir de la galère dans laquelle elle s’est fourée. Mais ce marché pourrait aussi la plonger dans les tréfonds de la perversion. Elly aura-t-elle les épaules assez fortes pour endurer la folie de Q ?

Derrière le personnage nocturne et luxurieux de Q, se cache Quinn Blackwood, dirigeant d’une des plus grandes entreprises du pays. Quinn est un homme puissant, riche, sexy et torturé. Le jour, Quinn est un homme d’affaires; La nuit tombée, il devient Q, une ombre ou son véritable lui allez savoir, il n’a plus aucune limite et ne pense qu’à assouvir sa vengeance.

Quand Lucky se présente pour l’ultime rôle qui assouvira sa funeste vengeance, il décèle en elle la même détermination qui le l’anime depuis des années. Belle et rebelle, fragile et courageuse, sexy et torturée, Lucky est une femme prête à tout pour garder son secret tout comme Quinn est prêt à tout pour assouvir sa vengeance. Malgré son passé tumultueux, Elly est une femme de caractère, avec Q elle devra refréner ses pulsions et devenir la petite chose dominée qu’il désire. Mais elle pourrait bien se perdre en route.

Quinn/Q est troublé pas Elly/Lucky. Les 2 facettes de l’homme qu’il est devenu se laissent séduire par la jeune femme. Dans sa tête tout devient très compliqué mais malgré ses sentiments naissants il doit aller au bout de son plan machiavélique. Si Elly était sa rédemption ? Mais si il était déjà trop tard ?

Au début, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire ne sachant pas réellement où aller. Mais au fil des pages et grâce à l’intrigue surprenante et très bien menée, j’ai fini par me laisser totalement happer dans le récit. Un récit qui comporte les points de vue alternés des 2 protagonistes, rendant la trame complète et additive. On ne peut pas se détacher du récit tant on est dans l’émotion, dans l’intensité. Le style de l’auteur nous entraîne à la fois dans une romance à suspense haletante et dans une romance érotique torride. La trame est trépidante et nous embarque dans les méandres de la perversion et de la luxure. Je dois avoir un moi-sadique car j’ai adoré la noirceur de Q. Suivre ses desseins de vengeance a été un élixir de bonheur. J’ai eu un petit coup de coeur pour cette romance sombre et atypique.

Ce livre est un paradoxe à l’instar des personnages tourmentés de Quinn/Q et Elly/Lucky. 2 identités pour le même personnages. C’est à la fois troublant et complètement enivrant. La noirceur face à la lumière, le bonheur face aux ténèbres, la vie face à la mort. Nos personnages vont devoir se battre à chaque instant contre les autres mais aussi contre eux-mêmes. Zara Cox nous entraîne aisément et intensément dans ce combat de tout les diables. Elle nous transporte dans son intrigue et réussi à nous tromper et nous tenir en haleine.

La plume divine de Zara Cox que je découvre, nous enveloppe dans un nuage de volupté et de luxure, dans un torrent démentiel, dans un ouragan sombre et destructeur. Brute, sensuelle, poignante, son écriture est parvenue à m’absorber, à me toucher de mille et une manière. Peur, compréhension, peine, colère, passion, amour, détresse, tristesse, désir … c’est un flot d’émotions qui m’a parcourue tout au long de ma lecture.

Je vais chipoter un chouia mais il y a quelques incohérences surement dues à la traduction mais personne n’est infaillible donc je préfère être honnêtes et le signaler. Cela ne gêne en rien la lecture qui se fait de façon harmonieuse et fluide.

FORBIDDEN

Titre: FORBIDDEN

Auteur: Tabitha Suzuma

Editeur: Milady (New adult)

Date de sortie: 12 juillet 2017 pour le numérique / 22 septembre 2017 pour le broché

L’amour est leur seul crime.

Un roman d’amour qui vous hantera longtemps…

Il ne reste plus grand-chose de la famille Whiteley. Le père a refait sa vie à l’autre bout du monde, la mère essaie d’en faire autant. Elle dépense plus d’argent chaque mois en alcool et en fringues qu’en pension alimentaire pour ses cinq enfants. Dans la débâcle, les deux aînés, Maya et Lochan, seize et dix-sept ans, décident de prendre les choses en main. En effet, si les services sociaux s’en mêlent, ils seront séparés, placés dans des foyers aux quatre coins du pays. Luttant ensemble pour maintenir leur famille unie, ils partagent les mêmes joies et les mêmes peines. Mais peuvent-ils vraiment s’avouer ce qu’ils ressentent l’un pour l’autre ?

* Je remercie Milady et Netgalley pour ce service de presse.

Avant toute chose, voici un avertissement pour les personnes refusant de lire des histoires qui parlent d’inceste. L’auteur nous narre l’histoire d’un amour impossible et interdit, d’un amour que notre société considére comme contre-nature et malsain. Pour ceux que cela dérange, vous êtes prévenus mais vous passez à côté d’une petite merveille.

Au début, j’avoue avoir eu du mal à adhérer, à entrer dans l’histoire sans doute l’appréhension de lire ce genre de romance divergente et dérangeante. J’ai demandé ce service de presse en connaissance de cause. Je savais de quoi ce livre retournait et j’ai eu envie de lire mais nos moeurs contemporains sont ancrés en nous et certains faits nous apparaissent comme perturbant. J’ai une mentalité assez ouverte et un livre reste avant tout une fiction. Après un début de lecture un peu lent, j’ai fini par me poser la question « dans quoi l’auteur m’entraîne ? » et au fil des pages cette lecture est devenue captivante. Perturbante mais captivante. L’écriture de l’auteure m’a happée à travers son récit et j’ai eu l’irrepressible envie de plus, de beaucoup plus comme une toxico, je me suis détectée de cette dose d’émotion pure.

Maya, 16 ans et Lochan, presque 18 ans, sont frère et soeur. Ils ont une grande et belle complicité. A eux 2, il assument leurs 2 petits frères et leur petite soeur. Les repas, les devoirs, l’école, les courses,… Ils ont établis un planning bien rodé et s’en sorte pas mal. Cependant c’est beaucoup de responsabilités pour leurs frêles épaules. Ils ne profitent pas de leur jeunesse: pas de sorties, peu ou pas d’amis… Leur père a quitté le domicile conjugale il y a plusieurs années et à refait sa vie en tirant un trait ses enfants. Leur mère n’est que l’ombre d’elle même. Elle est alcoolique et préfère se pavaner au bras de son petit ami plutôt que de s’occuper de ses enfants. Pour éviter que les services sociaux s’en mêlent et séparent leur fratrie, Lochan et Maya tente de sauver les apparences et essayent de maintenir un environnement familial équilibré.

Maya est une jeune fille studieuse et réservée mais assez sociable. À 16 ans, elle a énormément de courage et fait preuve d’une grande maturité. Lochan est un élève très doué à l’école mais il rencontre de sérieuses difficultés qu’il peine à surmonter. Très complices, ils vont s’apercevoir chacun de leur côté que leurs sentiments évoluent. Ils le savent leur attirance est impur, et ils s’aventurent sur une pente dangereuse. Peuvent-ils s’avouer leurs sentiments, vivre leur histoire même cachée, laisser libre cours à leur amour interdit ?

Leur duo m’a vraiment touché. Ces 2 personnages m’ont émue à maintes reprises.

L’auteur arrive à faire transcender leurs émotions à travers les pages. Son écriture se révèle être d’une intensité surprenante et troublante. Les mots de l’auteure coulent aisément et ont imprégné mon coeur et mon âme. La plume de Tabitha Suzuma est fascinante à lire. À la fois puissante et douce, à la fois troublante et apaisante. L’écriture est fluide, étoffée et diablement ensorcelante. C’est en partie la très agréable plume de l’auteure qui m’a permise de me laisser submerger par ce recit, de littéralement laisser cette « romance interdite » envahir mon esprit et mes sens.

Je n’ai pas occulté le lien unissant les protagonistes, Lochan et Maya, et je pense qu’en l’occupant on passe à côté de l’histoire. Mais malgré ce lien qui rend leur amour impossible, je voulais à tout prix qu’ils soient heureux. Leur amour est au yeux de la loi un crime mais s’aimer profondément, d’un amour irréfrénable est-il un crime ? L’avis de chacun divergera et je garderais le mien pour moi. Je dirais juste que ce roman offre une autre visibilité, apporte une autre vision et laisse les mentalités libres. Moi, j’ai vraiment aimé ce roman qui m’a fait trembler, qui m’a fait pleurer et qui a fait battre mon coeur d’une nouvelle façon. La promesse d’un « roman d’amour qui vous hantera longtemps » est tenue.

Ce livre respire, ce livre m’a rendu vivante. Ce livre est un merveilleux roman d’amour.