Mon LIVRE-PARIS by Audrey – Rétrospective (2019)

Bonjour les #Dreamers, c’est #Audrey, le week-end dernier se déroulait la 39ème éditions du salon du livre de Paris (Livre-Paris). C’est un des événements les plus attendus de l’année dans le monde de l’édition, aussi bien par les auteurs que par les lecteurs, blogueurs, les éditeurs… le salon du livre c’est le rendez-vous des amoureux des livres, c’est un week-end de folie !! Auteurs, lecteurs, blogueurs, amis,… se retrouvent le temps d’un week-end qui passe toujours bien trop vite mais qui est aussi très éprouvant. On ne dort pas beaucoup donc le filtre pour les selfies est une obligation. On marche beaucoup, on court même parfois donc on oublie les talons de 10cm et on préfère les baskets mais même là on ne sent plus ses pieds et on se retrouve avec les mollets en béton d’un footballeur. Alors, on se dit que c’est le week-end parfait pour perdre 1 ou 2 kilos mais que nenni ! Si on y regarde de plus près, on mange beaucoup: les restos avec les copines, les soirées des ME partenaires, les petits dej chez les éditeurs, les apéros, les bonbons et petits gâteaux sur les stands des auteurs… bref, tu as compris que tu dois éviter ta balance quelques jours après le salon. Mais surtout, surtout ce salon c’est un feu d’artifice d’émotions. Tu rencontres tes auteurs préférés à rester gaga devant eux (n’est ce pas #Charlie), tu retrouves tes copines et ça c’est vraiment extra, tu souris sans cesse à te bloquer les zygomatiques et avoir l’air d’une psychopathe, tu ris aux éclats à te faire pipi dessus et parfois tu pleures mais de joie je te rassure. Voilà, le salon du Livre c’est à peu près ça et cette année, cerise sur le gâteau, il semblerait que plusieurs personnes m’y ont vu alors je vais devoir remettre les choses au clair (une nouvelle fois): ce n’était pas moi !! J’aurais hérité d’un double maléfique donc je ne suis en rien responsable de ses agissements, des dires, ses coups de folies…

Bref, revenons au Salon du Livre. Alors …

– Hey !! Stop !!

– Pardon !! Mais…

– Chutt ! Je me présente, je suis le fameux double 😈 Bonjour, bonjour !! C’est moi qui prend le relais tu permets

– Mais non, je ne perm…

– T’y étais pas au salon donc tu ne sais même pas de quoi tu parles.

– Mais si !

– bla bla bla bla bla…

– ok ok. Vas-y, le blog est à toi.

– ah bah voilà !

Donc le salon du livre c’est d’enfer !! Et je sais de quoi je parle, MOI j’y étais avec mon super chac (sac-chat) ! Et je vais vous raconter ça…

Je suis arrivée à Paris, Vendredi vers 12h15 et sur le salon vers 13h et la première chose que j’ai faite c’est manger. Oui avant même de mettre un pied dans l’antre du diable livresque ( soit le salon. Vous comprendrez pourquoi c’est l’antre du diable plus tard) j’ai rejoint #Charlie et une très bonne amie (maman louve) pour aller manger. L’autre Audrey avait raison pour la bouffe. Bref, il est 14h30 quand je passe les portes du salon et à partir de là tout n’est que frénésie, sourire, cris, brouha, bref beaucoup de monde, de bruit, une chaleur étouffante, une euphorie ambiante et une ambiance de dingue. Dans l’enceinte du salon, on ne voit pas le temps passer et on a le temps de rien. J’ai filé de stands en stands, à travers les allées bondées de monde, vers l’infini et au delà. L’après-midi du vendredi est passée à une vitesse folle. J’ai fait des câlins, des bisous, des échanges de goodies… toujours accompagné de mes comparses de resto « au menu du jour quasi imposé mais non nous on veut des hot-dogs ». Aux détours des couloirs, on passe chez Les Plumes du Web ou mon « chac » a eu du succès et m’a chatte (mon sac chatte – oui car quand y a du rose c’est une fille) s’est faite caresser, Black Ink, Elixyria, Erato, Butterfly, See, Cyplog, Hugo,… et je passe voir notre partenaire adorée, auteure talentueuse et femme au grand coeur, j’ai nommé Blandine P. Martin avec qui je passe toujours un excellent moment. Elle est accessible, adorable et drôle, en plus elle a des Schokobons et elle m’a offert des M&M’s Wild Crows que je n’ose même pas manger. Vers 16h j’ai retrouvé mon cookie sans qui je n’aurais pas été présente sur le salon cette année (encore un immense Merci). Mon cookie c’est Shirley LB (auteure de Soul on Fire chez Black ink Éditions et de Pour t’avoir et T’aimer après tout aux Editions Harlequin). À partir de là, en plus de ma casquette de lectrice-blogueuse, j’ai revêtu celle d’assistante personnelle-cooky-sitter. Que du bonheur !! Je m’assure que Shirley est bien à l’heure à sa dédicace avec l’aide de petit oreo (renommée Horloge parlante à ce moment là) puis qu’elle ne meure ni de faim, ni de soif (il peut s’en passer des choses en 2h avec Shirley). Je vais m’acheter le nouveau bébé de Manon Donaldson S.W.A.T et rencontre enfin la québécoise, maman des Steel Brothers qui a perdu sa virginité de plein de choses (premier vol en avion, premier salon, premier séjour en France et première rencontre avec moi et ça c’est la classe lol). Après ça, je continue de virevolter où le vent livresque me porte: une brève rencontre avec Sophie Jomain, moi assise par terre cherchant je ne sais quoi dans un de mes nombreux sacs, elle resplendissante comme toujours. La vie est injuste lol. Quelques achats sont faits et Ana K. Anderson, Lou Marceau me tombent dessus pour mon plus grand plaisir bien sûr. Ensuite, retrouvailles avec mon amie Miss Hl’s sur le stand Elixyria. Que d’émotions de la revoir et de découvrir en vrai, en papier, son second roman So Me pour lequel j’ai été bêta-lectrice. Quel plaisir de revoir Nath, elle aussi bêta, une femme fantastique que j’apprécie énormément et qui est devenue une amie. Une aprem extra mais le salon s’apprête à fermer ses portes. Oh mais tient, il n’est pas l’heure de manger ? … Ah bah si, rebelote resto en excellente compagnie: Charlie, Nathalie, Miss Hl’s, Nath, Sarah et Shirley dans une ambiance chaleureuse et sympathique avec pour inaugurer dignement ce week-end de dingue, un mojito et une pensée pour notre #Sophia, restée à la maison #LsR pour s’occuper des #SexyEscorts. (Vivement notre mojito ensemble mon chaton).

Allez, Bonne nuit. Je ne vous dirais pas qu’on a parlé beaucoup, ri beaucoup aussi et refait le monde… dans notre appart-hôtel jusqu’à passé 3h du matin. Non non… ce contenu est privé et le restera, ça vaut mieux.

Je vous passe bien sûr le reveil avec la tête dans le pâté après 3h de sommeil, la douche, le ravalement de façade qui n’a d’ailleurs servi à rien… et je passe directement au salon en même temps vous êtes là pour ça et pas pour apprendre que mon gel douche est à la lavande et que j’ai bu un jus d’orange. On est d’accord, ça vous vous en fouttez comme de votre premier string.

Bref, le samedi au salon c’est la folie !! À 10h pétantes j’y étais au taquet prête à affronter le monde, la chaleur, les dragons ah non je m’égare là… ça a duré une heure, après mes jambes avaient du mal à me traîner. Je suis allée à la dédicace de Fleur Hana de laquelle je suis ressortie pleine de confettis et avec le smile. En plus j’ai vu ma bibiche Emeline. Une fois, mon graal en poche (Avec toi, m’envoler en double exemplaire svp) j’ai virevolté dans les allée de cet essaim géant. J’ai fait ma Shirley et je me suis perdue mais chutt, faut pas lui dire. Au bout de 30 minutes, j’ai vaincu le labyrinthe et j’ai retrouvé mon chemin vers Shirley et Sarah qui m’attendaient. Ces quelques minutes d’errance m’ont tout de même permises de croiser Charlene Kobel et Léane Morton avec qui j’apprécie toujours de passer un moment. Et c’est après ça que j’ai enfin retrouvé mon cookie et …et… Lindsey T que j’avais loupé l’année dernière. La patronne de l’organisation était une des rencontres à ne pas louper cette année et quelle rencontre ! Une nana extra ! Ensuite, j’ai revu ma petite magounette (grande par la taille et le coeur) alias Magali Inguimbert qui vous réserve des suprises à venir. Ça va déchirer !! 10, 20, … 100,… pas après (comment j’arrive encore à avancer ?) Bref, c’est l’heure de manger (encore) et de rejoindre Oly TL. Cette fois-ci le resto est italien, au menu lasagnes et tiramisu. Un fort agréable moment, tranquillement posé à papoter de tout et de rien. Un bonheur ! 14h sonnent et c’est le retour au salon, je ne sais plus qui j’ai vu après ça, beaucoup trop de monde (Delinda Dane, Chrys Galia, Callie J. Deroy, Soleano Rodrigues, Debbie Robin, Virginie Paire, Twiny, Jessica, Morgane Moncomble, Oren Miller/Lucie Castel qui allait au WC (désolée), Audrey Dumont, Iris Julliard, Siobhan Gabrielly, Sophie S. Pierucci, Gwen delmas, Audrey Grill …) désolée pour ceux que j’oublie, j’ai perdue mes pieds et ma tête quelques part dans ce dédale de moquette bleue immonde qu’est le salon. Mais j’ai quand même réussi à louper Laurie Delphis et Marie HJ. Je suis triste mais je me dis que ce n’est que partie remise. J’ai revu avec plaisir quelques copines blogueuses: Maria (Les lectures de Maria), Carine et Soumya (Les étoiles des bibliothèques), Marilyn ( Frénésie Livresque), Lixia (Au coeur d’une passion), Mélody (by méli mélo). Cette aprem est passée beaucoup mais alors beaucoup trop vite. Il est l’heure de dire au revoir à Nathalie (ma maman louve) et à ma chérie Charlie (le temps de 3 semaines). Après avoir récupéré ma précommande chez Juno Publishing, je dis aussi au revoir au salon pour aujourd’hui car il est temps de rentrer à l’hôtel afin de se préparer pour la soirée Black ink.

20h30: les portes du « Paris Clandestin » s’ouvrent nous laissant découvrir un endroit atypique. Nous nous engouffrons dans des caves souterraines chaleureusement réaménagées en bar. Une ambiance feutrée et mystérieuse. Notre but, après une longue journée, trouver un endroit où poser nos fesses et boire un verre entre nanas. Un canapé, des poufs, des mojitos, des petites verrines, quelques bricoles à grignoter, les copines et voilà que la soirée commence. Et on se refait un concerto de bla bla et de rires à en pleurer… les copines défilent (Ludivine Delaune, Lily Pink, ma Meli d’amour, Vivi, Tina, Agnès, Shelby…) et la soirée est agréable. Nos héros chouchous black ink se voient décerner des awards lors d’une cérémonie informelle, des cadeaux sont gagnés, des mignardises sont dégustées, des verres sont vidés (et posés sur notre table, le serveur a dû penser qu’à nous 5 on avait vidé le stock d’alcool mais c’était pas nous promis). En somme, une soirée super sympa avec les copines: Anonymous-Shirley, Miss Hl’s, Nath (qui a protégé notre butin) et Sarah (propriétaire d’un nouveau mug) ! Mais la fatigue aidant, à 2h30 du mat, nous décidons de rentrer et d’aller nous coucher. Kapten est mon ami et nous reconduit à bon port. Je me souviens avoir poser ma tête sur l’oreiller et… le trou noir jusqu’à 8h.

C’est pour moi (et pour beaucoup) le dernier jour au salon et peut-être le plus éprouvant. J’ai dormi à peine 5h (et 3 la nuit précédente) autant vous dire que je ne suis pas fraîche mais j’ai la pêche et je compte bien profiter de ce dernier jour. On est tous fatigués mais on tient encore debout par je ne sais quel miracle. Et le dimanche au salon c’est comme à la maison ou presque, c’est cool. On a refait nos valises avec du mal car l’antre du diable nous a eu (tous sans exception). Au départ, on avait une liste d’achats et puis la liste à disparue et on a fait flamber la carte bancaire, le chéquier tout. On sait que dès mardi, on aura un appel du banquier mais pour l’heure on s’en tape royalement. 11h: Je dis au revoir à mon cookie avec quelques larmes retenues et je file prendre un petit déjeuner (oui à 11h). Je vous avez dit qu’au salon on bouffe en permanence et puis après le choc émotionnel de quitter mon cookie j’avais besoin de ma dose de réconfort, à savoir du chocolat (mais non pas un mojito à 11h). Je me pointe vers midi au salon et là l’ambiance est vraiment différente. Ca sent déjà la fin. Je retrouve sur le stand des Éditions Addictives, Carole, Marie Meyer, Lil Evans, Ana K. Anderson et je fais quelques derniers achats, comme si j’en avais pas déjà assez ( cf. antre du mal). Un dernier câlin à ma chérie Belge, Miss hl’s et à Nath (Belge aussi), et me voilà en route, direction la gare du Nord où je retrouve Monsieur Julien Lazarro (les garçons de chambre ça vous parle ? Et bein, c’est lui) pour boire un café avant de rentrer chez moi. Voilà, c’est le moment de reprendre de train… 50 minutes plus tard, j’arrive à Arras dans les Hauts-de-France. Sur le quai m’attendent mes enfants alors je range ma casquette de lectrice-blogueuse avec une pointe de tristesse mais avec des étoiles plein les yeux et je remets celle de maman avec plaisir. De ce week-end je garderais une tonnes de souvenirs mémorables et indélébiles, vos sourires, nos éclats de rire, la générosité et la bienveillance de certains. J’y penserais souvent et j’imagine déjà mon sourire se dessiner et mes yeux briller d’émotions à l’évocation de ce week-end. C’est de l’amour en barre, un flot d’émotions brutes sur quelques jours !!! Ca fatigue mais ca revigore aussi, allez comprendre, c’est la magie de Livre-Paris. J’ai bien sûr les regrets de ne pas avoir vu untel ou untel mais ce ne sont que des actes manqués, un jour…

Mon album photos:

(Ma chatte-chac)

#Audrey, le double 💋

[ * PS: Je m’excuse par avance auprès des personnes que j’ai oublié de citer. Ce qui se passe au SdL et dans ses alentours reste au SdL… 😘 ]

Le salon Livre-Paris vous donne rdv l’année prochaine. Est ce que j’y serai ? L’avenir nous le dira…

Nos partenaires livresques pour 2019

Nous commencerons bientôt une nouvelle année avec au programme beaucoup de lecture.

Pour 2019, nous avons renouveler des partenariats mais des nouveaux dont nous sommes très fières s’ajoutent à notre liste.

Merci à nos partenaires de nous faire confiance.

Voici notre liste de partenaires:

Les maisons d’éditions

🔹️Les Editions Addictives

🔹️La Condamine / Fyctia

🔹️Nisha et Ceatera

🔹️BMR

🔹️Juno Publishing

 

🔹️Rebelle Editions

🔹️EDEN Collection by City

 

 

🔹️Epta Publishing

🔹️ Inceptio Editions

🔹️ Plumes de Web

🔹️ Hardigan

Nos auteurs partenaires

🔹️Fleur Hana

🔹️ Amheliie et Maryrhage

🔹️Blandine P. Martin

Lilly The Kid

Titre: Lilly The Kid

Auteur: Lisa Mars

Éditeur: BMR

Date de sortie:

– numérique: 29 juin 2018

– broché: 29 août 2018


Lilly est amoureuse de Simon depuis qu’elle est enfant. Il est beau, intelligent, joue de la guitare, compose ses propres chansons et… a neuf ans de plus qu’elle.
Le prince charmant idéal ( ou presque).
Simon ne regarde pas Lilly comme elle le voudrait. Pour lui, elle ne sera jamais que « Kid » : la petite sœur complice qu’il n’a jamais eue, celle avec qui il passe tous ses étés. Pourtant, le jour des dix-sept ans de Lilly, tout va basculer…
Lorsqu’ils se retrouvent, sept ans plus tard, plus rien ne les lie. Simon est devenu une star internationale de rock ; Lilly travaille dans l’événementiel en province.

À défaut de rattraper le temps passé, pourront-ils changer le futur ?

Avant toute chose, je vais m’arrêter sur la couverture. Je trouve qu’elle reflète à merveille l’esprit du roman. Certains diront qu’elle ne paie pas de mine mais elle est pour le moins atypique, très girly et surtout très différentes des couvertures de romances habituelles. Mais, c’est bien une romance que j’ai lu. Et sincèrement, je trouve cette couverture d’une simplicité rafraîchissante. Le titre en écriture colorée et girly avec le visage en néon sur un fond de briques noires attire l’oeil et donne ce côté mystérieux qui fait qu’on a envie de découvrir ce qui se cache à l’intérieur.

En tournant la première page, le lecteur se sent immédiatement transporté dans un fabuleux conte de fée, mais attention un conte de fée réservée au grandes filles sages…ou pas.

BMR a gardé l’esprit de la première couverture (celle de la version en autoédition) et c’est un pari gagnant. J’adhère totalement. Cette couverture est une tuerie !

Entrons dans ce conte de fée pour grandes…

Nous faisons de suite la connaissance de la jolie Lilly. Une jeune femme accomplie, belle comme un coeur, dévouée, courageuse et attachante. Lilly travaille dans l’événementiel. C’est d’ailleurs lors d’une soirée organisée par sa boîte qu’elle va revoir son premier Amour, Simon. Le Simon qui était son ami, le Simon qui fût son 1er amour et le Simon qui est, aujourd’hui, devenu une rock star planétaire, le Simon sexy en diable qui ne la laisse pas indifférente malgré son aversion pour lui et 7 années passées qui lui ont laissé un goût amer.

Après 7 ans sans nouvelles de Lilly, Simon tombe sur elle lors d’un concert à Paris. Un concert donné par son groupe de rock, au pied de la tour Eiffel, cela aurait pu être romantique pour des retrouvailles mais les rancoeurs de nos 2 protagonistes sont bien trop présentent pour laisser place au romantisme. Simon a une réelle rancune contre Lilly et n’est pas tendre avec elle. De son côté, Lilly préfère l’éviter. Nous, on se demande bien pourquoi ? Surtout qu’il emane d’eux une indéniable et électrique attraction sexuelle.

7 ans plus tôt, Lilly était une adolescente de 16 ans à croquer avec des formes naissantes. Une adolescente dans ses premiers émois amoureux.

Simon était déjà un séduisant jeune homme qui plaisait aux femmes. Il ne voyait en Lilly qu’une amie, la jeune fille qu’il retrouvait tout les étés, avec qui il s’amusait sur la plage et qu’il cherissait comme la prunelle de ses yeux, un peu comme sa petite soeur.

Mais cet été là, il y a 7 ans, tout a changé et à bouleverser leur relation et leurs vies. La nuit des 17 ans de Lilly tout a basculé et rien n’a plus jamais été pareil.

En 7 ans, Simon est devenu mondialement célèbre et Lilly a poursuivi sa vie avec des bagages surprenantes. D’amis, ils sont devenus étrangers, presque ennemis.

Comment 2 êtres autrefois si proches, ont-ils pu s’éloigner autant ? Et pourquoi se détestent-ils ? Que s’est-il donc passé cette fameuse nuit du 9 août, 7 ans plus tôt ?

Cette histoire est narrée à 2 voix et à la première personne. J’aime beaucoup ce procédé de double voix qui apporte une atmosphère plus éclairé et complète de l’histoire. Tour à tour, Simon et Lilly nous livrent intimement et tout en finesse des pans de leurs vies et de leurs passés. Ils nous confie leurs doutes, leurs craintes, leurs sentiments de façon touchante, épurée et sincère. C’est un des aspects du livre que j’ai le plus apprécié. La simplicité et la singularité des personnages. Ils sont touchants et attachants. Je suis littéralement tombée sous leur charme. Ensemble, ils font des étincelles.

L’auteur nous téléporte, avec aisance, entre présent et passé tout au long de son livre. Des chapitres flashbacks narrés par les personnages 7 ans auparavant. Un style atypique et grandement rafraîchissant. L’auteur a bien joué sur ce tableau. Quand Lilly nous parle de l’été de ses 17, on a vraiment à faire à une ado avec son langage, sa gestuelle… puis dès le retour dans le présent, on retrouve la femme forte et accomplie sauf au contact de Simon où Lilly se liquéfie, perd ses moyens et devient guimauve. Face à la rock star, elle a l’impression d’être redevenue cette adolescente folle amoureuse d’un homme et invisible à ses yeux. Idem pour Simon qui est plus joueur, plus taquin et plus aventurier dans son présent alors qu’il était plus sage et doux 7 ans avant. Il faut dire que les conditions sont différentes également et ça apporte beaucoup du piment à la trame. Je me suis éclatée avec cette lecture !

Sans prise de tête, c’est une lecture facile à lire et dont on se délecte avec bonheur. Ce fût ma première rencontre avec la plume de Lisa Mars et je dois dire qu’elle m’a agréablement surprise et totalement conquise. Les mots coulent de façon fluide comme une eau claire et limpide. On s’abreuve de chaque mots et cette jolie romance devient carrément addictive. Telle une assoiffée dans le désert, j’ai dévoré cette histoire qui fût une grande bouffée de fraicheur. Pour un premier roman, l’écriture est légère, prenante, assez remarquable et sympathique à lire; le scénario proposé est bien mené et l’auteur nous happe dans son histoire. J’ai sincèrement apprécié mon voyage dans l’univers de Lisa Mars et j’y reviendrai, c’est une certitude.

Lisa Mars a su donner à son récit une tonalité singulière et remarquable. Un récit divin dans lequel elle a subtilement inséré des petites et délicieuses touches de sensualité. Un récit envoutant qui fourmille de beaucoup, beaucoup d’émotions. Lilly the Kid c’est un conte dans lequel les personnages sont plus vrais que nature, attachants et touchants auxquels on peut s’identifier et dont on peut suivre l’évolution. Que Disney en prenne de la graine lol. La relation naissante entre les deux protagonistes s’apparente à une jolie harmonie des sens tantôt brute, tantôt ardente et sincèrement émouvante. La trame est agréable à découvrir, à parcourir du début à la fin et elle est agrémentée de quelques scènes érotiques vraiment divines. Un régal de sensualité.

C’est un livre qui fait du bien, un livre plein d’émotions et rafraîchissant. Ça respire la passion, la fraîcheur et l’amour. Ce livre est un ovni dans le paysage de la new romance. J’adore !! Une bien jolie romance à lire sans modération.

Une belle découverte et une auteure à suivre…

Nos partenaires #2 (2018)

Une nouvelle année débute et de nouveaux partenaires nous font confiance.

Ça valait bien un article de présentation.

Depuis bientôt 2 ans, le nombre de nos partenariats avec des maisons d’éditions ou des auteurs en autoédition ne cesse de s’accroître pour notre plus grand plaisir.

Nous avons la chance d’avoir des partenaires qui déchirent !! Des partenaires qui nous renouvellent leur confiance pour une année supplémentaire et des partenaires qui nous l’accordent pour la première fois.

Lire la suite

Sans Âme

Titre: Sans Âme ( suite de Sans Coeur)

Auteur: Angel Arekin

Editeur: BMR

Dates de sortie: 8 septembre 2017 pour la version numérique / 27 septembre pour le broché

Abigael et Ciaràn, libérés de leurs secrets, ont réussi à trouver un certain équilibre. Mais en Thaïlande, loin du cadre familial et des règles établies, Ciaràn ne prend pas ses médicaments. Vulnérable, il a de plus en plus de mal à maîtriser ses pulsions. Abigael n’a jamais été autant en danger…

[ AVERTISSEMENTS: SANS ÂME est une fiction dark qui n’entre pas dans les codes de la romance classique : romance y rime avec violence, séduction avec soumission, et certaines scènes peuvent surprendre les lectrices non averties. ]

* Je remercie Matéïa et Shana pour l’envoi de ce service de presse.

Ciàran et Abigael s’envolent pour un séjour en Thaïlande accompagnés des amis d’Abi. Même si Ciàran n’est pas très enchanté (qu’est ce qui l’enchante me direz-vous) il tente de faire des efforts et de ne pas gâcher les vacances d’Abigael. Cependant, Ciàran étant ce qu’il est se livre à un jeu dangereux qui pourrait bien blesser Abigael. Loin de sa routine, les vieux démons de Ciàran réapparaissent. Il ne prend plus ses médicaments et il a de plus en plus de mal à réfréner ses pulsions. Il fait des cauchemars sanglants qui le perturbent. Il se laissent envahir par ses démons intérieurs ce qui pourrait mettre en danger Abi.

Angel Arekin nous embarque et nous fait voguer avec audace sur un flot intense et entêtant de mots qui se bousculent et nous laissent en transe. Comme une chanson dont le refrain nous marque et nous reste en tête, cette romance je ne suis pas prête de l’oublier. Elle est indéfinissable, indescriptible et inscrite au marqueur indélébile. Prise de frénésie livresque, cette romance atypique, boulversante, intimidante m’a envoûtée; je l’ai dévorée et j’ai carrément adoré.

Retrouver Ciàran et Abigael fut éprouvant et délicieusement bon. Le personnage de Ciàran me boulverse et m’émeut encore. Mais c’est abi qui m’a prise au dépourvu et m’a surprise dans ce final. Elle m’a bluffée.

L’écriture passionnée et passionnante d’Angel Arekin est toujours un plaisir à lire. Je ne m’en lasse pas. Elle parvient à complètement nous immerger dans son récit. C’est grisant et à la fois effrayant de voir qu’elle arrive à me fasciner à tel point que j’oublie tout autour de moi. Le temps n’existe plus seul importe la prochaine page. Sa plume orageuse, captivante et saisissante est un délicieux cocktail aphrodisiaque qu’il faut déguster et apprécier à sa juste valeur. Angel Arekin est pour moi un des piliers de la romance française.

Sans Âme est une romance qui sort des sentiers battus de la romance traditionnelle. Une dark romance rythmée et envahissante. Une romance qui ne laisse aucun répit et qui prend au tripes. Un shake-up émotionnel bien concentré qui tient au corps, au coeur et à l’âme. Un ouragan puissant et dévastateur qui retourne tout sur son passage et j’ai adoré !!!

Ce livre est plus qu’un coup de coeur, plus intense, plus tout. C’est un ovni de la romance (dark), un envahisseur d’âme.

No Love No Fear – #2 Memory game

Titre: No love no fear – Tome 2: memory game

Auteur: Angel Arekin

Editeur: BMR

Sortie: 7 juillet en numérique / 6 septembre en broché.

Yano a entraîné Rine dans un nouveau jeu, bien plus complexe et dangereux que celui dans lequel ils s’affrontaient jusque-là : emménager ensemble et vivre leur amour, jour après jour. Mais ils ne sont plus les seuls à dicter les règles : leur entourage semble ruser d’ingéniosité et de perversité pour détruire leur bonheur naissant. Yano doit voler au secours de son frère et le protéger de mauvaises fréquentations, Rine devient la cible d’énigmatiques messages… Cette fois, Rine et Yano vont devoir s’allier pour remporter la partie. Plus de mensonges, plus de secrets. Mais peuvent-ils vraiment triompher du passé qui les hante ?

* Merci à notre partenaire BMR pour cet envoi.

Erine a pris du gallon, de miss glaçon elle devient princesse, la princesse de Camille Yano, rien que ça ! Rine et Yano s’aiment au grand jour. Certaines rancoeurs persistent mais ils travaillent à rendre leur relation plus saine. Elle rend Yano heureux et l’apaise. Erine emménage avec Yano et son petit frère, Théo. Une petite routine s’installe mais Théo va sérieusement merder et Yano, en bon frère protecteur, va devoir le sortir du guêpier dans lequel il s’est fourré. Cette situation les met en danger et Yano fait son possible pour sortir son frère de cette galère mais quand celà met Rine en danger, Camille ne répond plus de rien.

De son côté, Rine reçoit des messages mystérieux. Si au début, elle pense que c’est un nouveau jeu de Yano, elle déchante très vite. Qui peut bien être l’auteur de ses messages ?

Erine et Yano vont devoir affronter les fantômes du passé qui ressurgissent, tentent de s’immiscer entre eux et de mettre leur relation encore fragile à rude épreuve. Vont-ils faire front ensemble ? Où leur amour est-il en danger ?

Voir Yano en amoureux transit est purement jouissif. Que j’aime ça !! J’aime le Yano joueur, le Yano amoureux, le Yano bad boy, le Yano torturé. Yano je t’aime !!!

Ce second tome regorge de mystères, de rebondissements, de surprises et d’émotions. J’ai traversé un flot tumultueux et incessant d’émotions, de la peur à la douleur, de l’amour à la passion, de la détresse à la joie… C’est brut, intense, à fleur de peau et surtout c’est une lecture qui nous transporte très loin, qui nous envahit de l’intérieur, qui nous consume entièrement. Une lecture envoûtante qui ne laissera aucun coeur indemne. Une lecture électrisante qui vous laissera boulversés. Et aussi, une lecture torride qui vous laissera en transe. Les scènes érotiques sont à couper le souffle tout comme la profondeur de l’intrigue. C’est juste wouahou !! Une merveille !!

Après avoir tourné la dernière page, je me sens comme une naufragée. Seule. Avec un immense vide à l’intérieur de moi. Privée d’une essence essentielle à mon univers. Je ne vous cache pas ma joie d’avoir le 3eme tome dans ma bibliothèque…mais j’ai peur. Peur de découvrir ce que l’auteur réserve à ses personnages qui ont déjà tant soufferts. Elle les entraîne hors des sentiers battus et moi j’ai suivi le mouvement comme possédée parce que c’est trop bon. Et elle fait ça avec finesse, avec profondeur. L’auteur telle une sirène m’a happée dans ses filets et je n’ai pas la moindre envie d’en sortir. Je suis ensorcelée.

L’écriture sauvage, insaisissable et indescriptible d’Angel Arekin m’a de nouveau conquise et mise en émoi. Son écriture est un véritable bonheur à lire. Elle se révèle être sémillante, incisive, arrogante, suave. Une putain d’orgie littéraire.

Une plume que j’adore lire et que je lirai encore et encore sans jamais me lasser tant elle est surprenante, ensorcelante et additive.

Tout est magnétique: la plume de l’auteur, son histoire, ses personnages (et surtout Yano). Les livres d’Angel Arekin sont des aimants à lecteurs et ce second tome ne déroge pas à la règle. Il est même comme son prédécesseur, un coup de coeur. Je suis totalement fan.

Sex game or passion ? (Part.2)

Titre: Sex game or passion ? (Part.2)

Auteur: Totaime

Editeur: BMR

Date de sortie: 25 octobre 2017 en numérique / 22 novembre 2017 en Broché

Ben et Zoé se connaissent à peine et pourtant ils se détestent au point de ne pas pouvoir rester trop longtemps l’un près de l’autre au risque de s’étriper. Toutefois, par amitié pour Lola, leur meilleure amie commune, ils sont prêts à quelques concessions… Jusqu’au jour où ils sont contraints de vivre sous le même toit. La déclaration de guerre semble inévitable… À moins que chacun décide d’y voir un jeu? Un jeu d’adultes qui pourrait s’avérer dangereux et remettre en cause leur relation.

* Merci à BMR pour ce service de presse.

A peine le paquet posé dans ma BaL par le facteur que je sautais dessus. Oui j’attendais ce livre avec une grande impatience. J’avais hâte de retrouver ce couple improbable formé par Zoé et Ben. J’avais adoré leur petit jeu sexy, leurs frasques, leur humour et toutes les émotions contradictoires du tome 1. Après des semaines de frustration, j’avais enfin la suite entre mes mains. Je me suis enfermée chez moi avec mon package serial-lectrice, à savoir ma boite de chocolats, un thé, mon plaid, mes chaussettes en pilou et une pancarte interdit de déranger et j’ai dévoré ce second tome avec empressement et délectation. Enfin ce couple que j’ai tant aimé dans le tome précédent était de retour mais ils ont mis mon coeur à rude épreuve dans cette 2ème partie. J’ai dû ajouter une boîte de mouchoirs à mon super package de serial-lectrice.

J’ai adoré cette suite et fin. Cette lecture m’aura fait traverser un tourbillon d’émotions.

Les personnages ont évolué depuis le départ de Zoé mais leur attirance est toujours palpable quand ils se retrouvent quelques semaines plus tard. Seulement il n’est pas si facile pour Zoé de pardonner. Elle se retrouve confontrer à un Ben sûr de lui, encore plus sexy et pas près de renoncer. Tendue comme une ficelle de string, Zoé n’est pas au bout de ses peines.

Ce couple qui s’est formé au détour d’un jeu et qui m’avait fait rêver n’est plus. Et si, on relancait les dés …qu’une nouvelle partie de jeu commence !!

Cette seconde saison regorge de rebondissements surprenants et émouvants. Jusqu’à la fin, Totaime nous surprend, nous envoûte, nous ensorcele avec son récit palpitant, touchant et additif, voire corrosif.

Une écriture insouciante et insolente, des personnages attachants, des émotions époustouflantes, des rebondissements qui nous tiennent en haleine à maintes reprises, une sensibilité à fleur de peau, une sensualité brute et charnelle. Totaime a réuni tout les ingrédients que j’aime et nous offre une romance additive et fondante. Tout simplement magnifique !! J’ai tout, tout, absolument tout aimé du début à la fin. A travers son récit, l’auteur m’a faite traverser un ouragan gorgé d’émotions. De la passion à la frustration, de l’amour à la colère, de la peine à l’humour… la traversée littéraire de ce livre aura été intense.

Totaime tient ici, la recette magique de la romance parfaite. Elle nous offre un divin moment de lecture.

ALWAYS RED (Chasing Red Tome 2)

Titre: Always Red

Auteur: Isabelle Ronin

Editeur: BMR

Date de sortie: 25 octobre 2017 (broché et numérique)

* Suite de Chasing Red *

Caleb est la star de l’université. Il est beau, riche et insouciant. Aucune fille ne lui résiste. Aucune, sauf Veronica Stratfford, alias Red, qui occupe toutes ses pensées depuis qu’il l’a vue danser, tellement irrésistible dans sa robe rouge.

Quand il découvre que « Red » s’est fait expulser de chez elle et n’a plus nulle part où dormir, Caleb lui propose de loger dans son immense appartement. Mais la jeune femme est difficile à apprivoiser. Elle n’attend jamais rien de personne. Ou plutôt si : elle s’attend toujours à ce qu’on l’abandonne.

* Je remercie BMR pour l’envoi de ce service de presse.

J’ai beaucoup aimé retrouver Red (Veronica) et Caleb. Le couple qu’il forme est attendrissant. Red est toujours sur ses gardes mais se laisse progressivement aller dans les bras de Caleb. Elle prend confiance en elle. Il la rassure, la sécurise. Caleb est le petit ami idéal. Mais ils vont encore devoir surmonter des épreuves, prouver que leur amour est plus fort que tout, affronter des menaces …

Caleb a eu ses examens et s’apprête à travailler avec son frère dans un des hôtels familiaux. De son côtés, Red a encore une année d’études à effectuer. Vont-ils réussir à coordonner leur emploi du temps ? Leur relation naissante va-t-elle être mise à mal ?

Pour son anniversaire, la mère de Caleb lui organise une grande fête. Parmi les nombreux invités seront présents des potentiels investisseurs, des gens aisés, … Caleb se doit de faire bonne impression. Sa cavalière ne se sent pas réellement à la hauteur surtout quant on lui met des bâtons dans les roues et quand on tente de l’humilier publiquement. Bien qu’elle ai pris confiance en elle, Veronica reussira-t-elle à se faire une place dans ce monde qui n’est pas le sien ?

Ce second tome est une romance gentillette et touchante. Retrouver Red et Caleb fût un plaisir. J’avais beaucoup aimé le précédent tome et c’est un doublet car j’ai également apprécié ce second opus.

C’est une lecture qui se lit très facilement et très vite. Je l’ai dévorée en un temps record. L’écriture est vraiment addictive. Fluide, envoûtante et élégante, la plume de l’auteur m’a charmé. J’ai passé un très bon moment en compagnie de la plume de l’auteur et de ses personnages fort sympathiques. Bien que, de mon point de vue, cette suite soit un tantinet trop courte, trop survolée, j’ai apprécié de tourner les pages et voguer à travers cette romance. L’histoire est certe simple, sans prise de tête, mais la trame réserve quelques surprises que j’ai découvert avec entrain.

Lue en quelque heure, cette romance fût une bouffée de fraîcheur, une lecture très agréable à parcourir. Je suis ravie d’avoir dénicher cette petite romance pleine de simplicité et de sensibilité qui a su me toucher.

Brisé(e)

Titre: Brisé(e)

Auteur: Sophie Santoromito Pierucci

Editeur: BMR

Date de sortie: 18 novembre 2016 (numérique) / 30 août 2017 (broché)

Oceana, trente ans, doit réunir plus de trois cent mille dollars au plus vite, c’est uen question de survie. Autant dire « mission impossible », pour une infirmière à domicile aux revenus modestes… Alors, quand les Thomas, célèbres propriétaires d’hôtels sur la côte Est des États-Unis, lui proposent un emploi au salaire démesuré, elle accepte immédiatement. Elle devra s’occuper de Rick, un membre de la famille qui a besoin de soins suite à un grave accident. Convaincue qu’il s’agit d’un vieux grabataire, Oceana est surprise de découvrir un trentenaire plus que séduisant… Et il faut peu de temps avant que, mettant de côté les secrets qui entravent leurs vies respectives, Oceana et Rick débutent une liaison. Mais il est des vérités qui refusent de rester dans l’ombre… et qui sont prêtes à briser tous ceux qui chercheront à les taire.

* Merci aux Éditions BMR pour l’envoi de ce service de presse.

Comment qualifier un livre qu’on a adoré autant qu’on a détesté ? Moi je dirais « un chef d’oeuvre ». Brisé(e) de Sophie Santoromito Pierucci est un chef d’oeuvre.

J’ai adoré ce livre. J’ai adoré les personnages. Oceana qui a toute mon estime et ma sympathie. Rick, Ô Rick !! Je ne vais pas vous raconter, le résumé suffit amplement. Si vous hésitiez encore, n’hésitez plus.

L’auteure m’a prise dans la déferlante de son histoire, elle m’a envoûtée pas son écriture. J’ai adoré la plume solaire, fraîche, spontanée, touchante de l’auteure. Je découvre la plume de Sophie et j’ai kiffé !! Je compte bien renouveler l’expérience avec un autre de ses romans très prochainement. Je suis entrée dans son petit monde avec facilité et volupté. D’abord tout en douceur et puis avec frénésie. Vite vite la prochaine page. Le manque était insoutenable. Le livre est un pavé mais une fois ouvert, il est impossible à lâcher. Les pages défilent, l’histoire se déroule et m’a laissée tour à tour coïte, brûlante, boulversée, énervée, … Le summum du grand 8 émotionnel à quadruple boucles.

Alors oui j’ai adoré… carrément et indéniablement…mais…

Mais j’ai détesté l’état dans lequel m’a mis ce roman. J’ai détesté voir les personnages auxquels j’étais attachée, ne pas se comprendre, se déchirer… mais merde ! J’ai crié sur mon livre comme une tarée. Moi folle ?? Non, c’est même pas vrai. Mais c’est de leur faute !!! Leur « truc » est tellement beau, tellement puissant, tellement intense, tellement prenant que je ne pouvais espérer qu’une merveilleuse happy end. Hors l’auteur fait morfler ses personnages et moi je me suis ronger les ongles et les sangs. Il ne reste pas grand chose de ma personne actuellement. Cette lecture aura été un aspirateur d’âme. Je suis littéralement KO émotionnellement.

J’ai détesté devoir arrêter de lire tout les 5 minutes pour sécher mes larmes. Des larmes de tristesse, de frustration… bref trop de larmes mais comment rester insensible à cette histoire aussi émouvante que déchirante.

J’ai détesté la rage qui bouillonnait dans mes veines et les 3 kg pris pendant la lecture. Le livre a failli rencontrer le mur plusieurs fois et pour épargner un précieux je me suis rabattu sur le chocolat…

En fait je n’ai pas réellement détesté. C’est juste que ce livre a comme aspiré un bout de moi comme l’aspirateur des ghostbusters aspire les fantômes. Le mot fin a sonné comme un glas. Mais c’était un pur bonheur à lire.

L’ORGANISATION – Tome 3: « Revoltée » par Lindsey T.

Titre: Révoltée ( L’organisation Tome 3)

Auteur: Lindsey T

Editeur: BMR

Date de sortie: 25 août 2017 (numérique)

Depuis l’assassinat de son père, chef russe mafieux, Aleksandra vit traquée. Pourchassée par la mafia qui la considère comme une traîtresse, mais aussi par Sam, dernière recrue de l’Organisation, qui a juré de la protéger, coûte que coûte. Quand il la retrouve enfin, Sam s’aperçoit qu’Aleksandra n’est pas la fille de son père pour rien. Révoltée, indomptable, elle n’accorde sa confiance à personne et est prête à tout pour protéger ses secrets. Au risque de se mettre elle-même en danger. Assurer sa protection ne sera pas de tout repos, surtout si les sentiments s’en mêlent. Mais d’ailleurs, Aleksandra souhaite-t-elle vraiment être protégée ?

Sublime (comme Sam).

Intense (comme Sam).

Envoûtant (comme Sam. Oh !! Sam !!)

Magnifique (comme Sam)

Renversant (comme un 33 tonnes de Sam)

Unique (comme un diamant)

Dévorant (comme un poison)

Merveilleux ( comme un coucher de soleil)

Divin (comme un muffin à la myrtille et Sam)

Saisissant (comme une vague fraîche et puissante)

Fascinant (comme le regard de Sam)

Éclatant (comme le sourire de Sam)

Délicieux (comme le corps de Sam)

Étourdissant (comme les exploits de Sam)

Formidable (toute cette saga l’est)

Sensationnel (comme wouahou !!!)

Tout un tas d’adjectifs qui se percutent dans ma tête pour qualifier ce 3ème tome de cette saga « erotico-suspense », L’organisation de Lindsey T.

J’ai aimé Sam ?? Non… Bon un peu j’avoue.

Eh!! Pas touche !!! Sam est à moi !!!!

😍😍😍😍😍😍

Totalement in Love

😍😍😍😍😍😍

Cette romance illustre ce qui est pour moi un coup de coeur ultime. J’avais adoré les 2 tomes précédents, piégée et traquée, mais ce tome dépasse l’entendement. Je n’ai pas seulement adoré. J’ai sur-adoré, sur-kiffé. C’est un sur-coup de coeur !!

J’ai replongé avec délectation au coeur de L’organisation. Ce 3ème tome met en scène Sam, le Collègue de Ryan,Jack et Mia. Il a pour mission de protéger Aleksandra, la fille du chef de la mafia récemment assassiné. Mais la jeune femme est une petite rebelle, une boule de nerf, un tourbillon, un cyclone, une révolte à elle seule.

Aleksandra et Sam vont devoir se faire confiance, s’apprivoiser, cohabiter. Ce qui n’est pas une mince affaire quand un puissant désir les anime.

L’auteur m’avait déjà surprise et épatée dans les précédents tomes, mais dans celui-ci elle m’a époustouflée, usant de divers subterfuges pour nous tenir en haleine, déployant un incommensurable talent pour nous envoûter et nous offrir un récit absolument unique et divin. C’est bon !!! Trop trop bon !!!

J’ai passé un moment de lecture hors du temps. Une véritable frénésie livresque qui a laissé un immense vide en moi au moment de tourner la dernière page. Je me suis sentie esseulée sans les personnages auxquels je me suis attachée. J’ai découvert Sam dont je suis littéralement et éperdument tombée amoureuse. J’ai aimé le caractère et la personnalité d’Aleksandra. Et j’ai beaucoup apprécié la présence de Ryan et Lori, de Jack et Mia et du chef qu’on voit d’un autre oeil…

Cette organisation est une petite famille au sein de laquelle j’ai adoré évoluer.

Et que dire de l’écriture de Lindsey ? Solaire, éloquente, souple, captivante. Une plume additive. Un rayon de soleil dans la littérature française. Je suis méga fan !!! Elle vend du rêve à coup de plume, à coup de crayons (ou de clics sur un clavier). Elle nous fait voyager et vivre au coeur de son récit des émotions époustouflantes. Et que c’est bon de plonger dans un univers exaltant et voluptueux. Que c’est intense et rafraîchissant de vivre une aventure avec des personnages attachants. Que c’est grisant de se laisser emporter par ses émotions.

Lindsey fait partie de ces nouvelles auteures à suivre de près. C’est une dealeuse de rêves modernes.

Parier mais pas jouer – Tome 2

Titre: Parier mais pas jouer -Tome 2

Auteur: Chrys Galia

Editeur: BMR

Date de sortie:

– Numérique: 23 juin 2017

– Broché: 9 août 2017

Le pari est fini ! Stephen et Liv peuvent enfin profiter de quelques jours en amoureux. Du moins, c’est ce qu’ils croient… Car le passé, lui, n’est pas prêt à les laisser tranquilles. La confiance et la famille que Liv et Stephen commencent à construire, ce sont des trésors fragiles. Il suffirait d’un rien pour que tout s’effondre…

* Je remercie Matéia et BMR pour l’envoi de ce service de presse.

Nous retrouvons nos personnages du tome 1, Liv et Stephen. Je commence ma lecture avec le plaisir non dissimulé de les retrouver car ce couple je m’y suis attachée et leur histoire m’a touchée. Après la lecture du précédent tome, mon avis était mitigé et j’attendais beaucoup de ce second opus. L’auteur reussira-t-elle à me surprendre ?

Liv et Stephen vivent enfin pleinement leur amour, ils s’apprivoisent et s’aiment plus de jour en jour. Leur relation avance et ils se projettent dans l’avenir, tentent de se construire une famille.

Liv profite de son bonheur retrouvé mais elle a toujours des problèmes de confiance. De son côté, Stephen est devenu un nouvel homme. Leur couple est fusionnel et attendrissant.

L’auteur nous plonge, dès le début, dans une espèce de féerie romantique. Je suis très attendrit par ce couple qui a su surmonter les épreuves. Ils ont enfin droit à une part de bonheur. Un bonheur qui sera malheureusement de courte durée pour notre jeune couple. La féerie se brise quand les démons du passé de Liv ressurgissent sans crier gare et font voler en éclats les fragiles fondations qu’ils essayaient de reconstruire. Leur couple va-t-il être assez fort pour surmonter de nouvelles épreuves ?

Un petit changement par rapport au tome 1, la narration est à 2 voix ici. Nous avons donc les points de vue respectifs de Stephen et Liv. A tout de rôle, ils nous confient leur craintes, leurs envies, … J’affectionne particulièrement ce style de narration qui pour moi permet une vision d’ensemble plus complète et plus creusée. Je pense que d’un point de vue émotionnel, il a été judicieux de la part de l’auteur d’avoir recours à la double narration surtout pour le ressenti que dégage le personnage de Liv.

Elle m’avait beaucoup émue dans le précédent tome mais là, elle m’a bouleversée. Sa force, son courage, son abnégation m’ont bluffé. L’auteur m’a prise aux tripes et m’a retournée émotionnellement. La description des scènes sont fortes, le ressenti à la lecture est intense, me provoquant des frissons et me boulversant aux larmes.

Et Stephen qui est juste parfait. Si je n’était pas déjà conquise par lui, j’en tomberait amoureuse. Éperdument. Il est tendre, boulversant, aimant, attendrissant et à la fois brave, puissant, révolté.

Au niveau de la trame, je l’ai trouvée plus constante, plus aboutie et plus développé. J’ai trouvé ce qui m’avait manqué dans le tome 1, pour mon plus grand plaisir car j’ai englouti ce livre en une journée.

Cette lecture m’a enchantée et m’a littéralement prise aux tripes. Elle est un véritable crève coeur et à la fois un océan d’espoir et de bonheur. Mon coeur s’est révolté devant la brutalité, mon coeur s’est brisé face à la détresse, mon coeur s’est recollé grâce à l’élan d’amour qui inonde cette romance. Chrys Galia a fait battre mon coeur plus vite, elle l’a gonflé de tendresse et d’espoir, elle l’a électrisé d’amour et de sensibilité.

Ce second tome est une propulsion émotionnelle à travers une histoire qui vous transporte dans un tourbillon d’émotions, qui vous plonge dans un océan de sensations.

L’écriture est étudié, fluide, voluptueuse. La double narration est parfaitement gérée et met l’accent sur les émotions des personnages.

L’auteur, avec sa plume éloquente et captivante, nous noie dans un océan intense, poignant avec un ressenti vertigineux.

Je suis conquise par ce second tome qui apporte une bien belle continuité au tome précédent.

Il me tarde de lire le tome 3 qui concerne la soeur de Liv et les amis de Stephen dont la trame est lancé dans cet opus.