Les papillons se cachent pendant la pluie

◇ Titre: Les papillons se cachent pendant la pluie

◇ Auteur: Danielle Guisiano

◇ Autoédition / 1er juillet 2020

Le hameau de Sivergues n’est pas un lieu comme les autres. Il répare les ailes froissées des papillons après la pluie. Blanche est loin de se douter que le chaos de sa vie la dirige vers une rencontre décisive. Si elle a quelqu’un à découvrir, c’est avant tout elle-même. Quant à Eddy, son taciturne voisin, il trace son chemin, solitaire. Le destin va réunir ces deux âmes à vif.


Entre passé et avenir, leurs vieux démons s’agitent. Rien ne sera facile, pourtant le moment est venu d’ouvrir les ailes pour s’envoler.

Bonjour les dreamers, aujourd’hui je viens vous parler du dernier roman de Danielle Guisiano sorti le 1er juillet et quel roman, une intense et ravageuse tempête déversant une myriade d’émotions sur son passage. Ce livre m’a détruite pour mieux me reconstruire. C’était à la fois une lecture éprouvante et salvatrice. Je suis bien contente de ne pas faire de chronique vidéo sion vous entendriez ma voix trembler, mes yeux se brouiller de larmes tant cette histoire m’a parlé et m’a émue. J’avais l’impression que l’auteur chuchotait ses mots à mon oreille, qu’elle les imprimait directement dans mon cœur, qu’elle perçait mon âme. Je me suis tellement reconnue dans le personnage de Blanche, dans son mal être que ça en était déstabilisant. Ca n’a pas été une lecture facile pour moi, pour des raisons personnelle. C’était une lecture profonde et intense qui m’a plongée dans des moments difficiles de ma vie mais qui laisse derrière elle un goût salvateur, une lueur d’espoir. J’ai beaucoup pleuré pour finir par voir éclore un sourire sur mes lèvres.

Danielle Guisiano nous emmène dans un hameau isolé en plein cœur du Luberon, le cadre est complètement dépaysant et rafraichissant. Elle m’y a littéralement transportée grâce à ses attrayantes et fidèles descriptions. C’est dans le hameau de Sivergues qu’atterrit Blanche, un endroit peu commun. Suite à un décès dans sa famille elle hérite d’une charmante petite maisonnette et d’un voisin taciturne, éleveur et fromager. Je vous plante un peu le décor: une femme paumée qui se cherche sans le savoir, un homme mystérieux qui traine des casseroles, une voisine adorable, l’aura du tante qui plane, un mignon petit chaton et un décor fabuleux, le tout agrémenté de rebondissements, gonflé d’émotions, saupoudré de romance et de poésie. C’est la recette du bonheur.

Je découvrais pour la toute première fois la plume de Danielle Guisiano et j’en suis tombée amoureuse. D’un coup comme ça, ça c’est fait sans que je ne le vois venir mais je l’ai ressenti en moi quand chacun de ses mots a résonné d’une façon particulière dans mon cœur. Son style m’a tout de suite plu et d’un coup j’étais complètement sous le charme. Les mots coulait tout seul déversant un élan de bienveillance dans mes veines. Elle m’a envoutée par une écriture toute en sensibilité, authentique et poétique. Chaque mot s’accorde avec un autre et compose une douce et voluptueuse mélodie, fait naître une danse fluide et harmonieuse. Ce ballet de mots et d’émotions orchestré par l’auteur est une œuvre d’art, une totale réussite. Je voulais connaitre le fin mot de l’histoire de Blanche et Eddy, deux papillons aux ailes abimées par la vie mais sans jamais à avoir fermer le livre. Seulement le mot fin est arrivé bien trop vite et m’a laissée littéralement soufflée par tant d’intensité et de profondeur, vidée par le flot d’émotions qui m’ont tour à tour submergée au cours de ma lecture. Une lecture éprouvante pour ma part mais merveilleuse, lumineuse et chaleureuse. Un immense coup de cœur. Ce livre ne ressemble à aucun autre. Il est unique en son genre, atypique, étonnant, bouleversant, encorcelant et impénétrable. Ce livre est empli de bienveillance et à travers lui, l’auteure apaise les maux par ses mots. C’est une leçon de vie, un message d’espoir, une quête de soi, une dose d’amour, un concentré de bonheur, une avalanche d’émotions, un rayon de soleil, une lumière dans la nuit, une onde salvatrice et je vais m’arrêter là sinon on va y passer la nuit. Une parcelle de mon âme et un morceau de mon coeur sont restés auprès d’Eddy et Blanche, à Sivergues.

Je tiens à adresser un grand merci pour sa confiance lors de notre première collaboration (et je l’espère pas la dernière) et pour cette bulle de félicité dans laquelle elle m’a plongée durant quelques heures. Je me suis évadée avec délice dans une contrée lointaine, dans une histoire singulière qui m’a sortie de ma zone de confort.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s