Offshore d’Ena Fitzbel

Titre: Offshore

Auteur: Ena Fitzbel

Editeur: City Editions

Collection: Eden collection

Date de sortie: 25 octobre 2017 (numérique et broché)

Tout réussit à Isabelle. Croupière talentueuse dans un casino du sud-ouest de la France, la jeune femme vient d’être élue « employée de l’année ». Pour la récompenser, la direction lui offre une croisière dans les Caraïbes, à bord d’un yacht privé.

Un véritable rêve, à un détail près : Éric, son séduisant patron est aussi du voyage… Coureur de jupons invétéré, il a bien l’intention d’ajouter Isabelle à son tableau de chasse. Il est persuadé que derrière la sage employée modèle se cache un tempérament fougueux.

Sur l’océan, à coups de paris et de défis insensés, tous les deux jouent au jeu dangereux de la séduction, se découvrant peu à peu. Éric le flambeur remportera-t-il le jackpot ? Rien n’est moins sûr face à une jeune femme qui connaît parfaitement les règles du bluff, au casino comme en amour…

Les sentiments ne sont pas un jeu de hasard.

* Je remercie Maryline chez City Editions/Eden et Ena Fitzbel pour ce service de presse.

Ena Fitzbel a un don pour nous dépeindre des personnages hauts-en-couleur qu’on adore détester et auxquels on finit par s’attacher. Des personnages que tout oppose et qui finissent par se dompter l’un l’autre. À travers, Offshore, elle nous le prouve de nouveau.

Ainsi, j’ai embarqué sur un luxueux bateau aux côté d’Éric et d’Isabelle son employée ou devrais-je dire sa proie.

Eric a eu un coup de chaud pour la jolie croupière qui travaille dans son casino. Après l’avoir longtemps et longuement espionnée, il décide de passer à l’étape supérieure, à savoir la mettre dans son lit. Il va tenter sa chance lors d’une croisière qui le réuni lui et sa belle, élue employée de l’année. Mais la jolie croupière va lui donner du fils à retordre. Qu’à cela ne tienne, Eric est un homme de défis.

Je n’ai pas ressenti de lien particulier avec le personnage d’Isabelle. J’avais l’impression de la voir évoluer dans une sorte de rêve. Pour moi, son personnage tourne en rond et est trop transparent. Elle est sympathique mais peut-être trop sage, trop ordonnée, trop laxiste. Bref je ne sais pas mais je n’ai pas trop accroché. Bien sûr j’ai aimé son côté joueuse et son petit caractère revêche pour tenir tête à son patron mais son personnage ne m’a pas emballée plus que ça. A l’instar de celui d’Éric. Les seuls moments où Isabelle se lâche et où j’ai le sentiment de la voir s’ouvrir sont les passages érotiques dans lesquels la belle révéle sa vraie nature.

Eric grand séducteur, homme capricieux, colérique, hautain et arrogant né avec une cuillère en argent dans la bouche est le parfait archétype du héros de romance. Avec lui je suis passée par une armada d’émotions. Il m’a horripilée au plus haut point, mais il m’a aussi fait rire et femme qui rit…, il m’a tapé sur les nerfs et il a fini par m’attendrir. Au fil des pages, on voit son personnage évoluer et j’ai beaucoup apprécié de pouvoir assister à cette évolution. Attention du goujat il ne se transforme pas en gentil toutou à sa mémère. Il prend conscience des choses et réfréne ses pulsions. Sa transformation est plus profonde.

Avec une écriture fluide et deliée, Ena Fitzbel narre son récit de 2 points de vue différents. Ainsi, tour à tour, Isabelle et Eric se partagent la narration. Où Isabelle s’exprime tout en finesse et en retenue, Eric est plus cru, plus brut et je dois dire que pour le coup j’ai trouvé son personnage plus sincère. Cette double narration est un point fort dans ce roman. De plus l’auteure arrive à donner 2 intensités distinctes à son scénario le rendant complet et par la même occasion plus passionné.

J’ai apprécié de relire la plume d’Ena à travers une romance érotique car son écriture est envoûtante. Elle m’a enivrée de scènes érotiques sensuelles que j’ai pris plaisir à dévorer; des scènes brutes et torrides. J’ai également beaucoup ri et parfois pesté. Mais par dessus tout j’ai aimé cette immersion dans Offshore car Ena Fitzbel n’a pas son pareil pour nous faire voyager. Elle m’a subjuguée d’endroits magnifiques. Ces descriptions sont tellement réalistes, tellement poétiques qu’on a l’impression d’y être.

Et si, à un moment je commençais légèrement à m’ennuyer dans ce jeu du chat et de la souris entre Isabelle et son détestable patron, l’auteur a renversé la donne, redonnant un bon coup de fouet à sa trame. Et à partir de là, les dés ont étés rejetés pour mon plus grand plaisir car j’ai dévoré cette seconde partie d’une traite. Ena Fitzbel nous entraîne dans un scénario plus haletant où le côté romance tient toujours un point primordial. Elle réalise un coup de maître avec ce rebondissements car il permet de faire avancer les choses et donner un nouvel élan au couple Isabelle/Eric.

Comme quoi, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort ou d’une auteure qui vous embarque en croisière sur un paquebot de rêve à travers les îles caribéennes. Pour voguer à bord d’Offshore n’oubliez pas votre gilet de sauvetage il vous permettra de ne pas vous noyer face à la vague Eric le magnifique ou le maléfique (ou les 2) et il vous permettra de maintenir la tête hors des vagues brûlantes provoquées par la plume d’Ena.

3 réflexions sur “Offshore d’Ena Fitzbel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s